RMC

La création d’entreprise artisanale en forte hausse: ce qu'il faut retenir du Baromètre de l'artisanat de novembre 2019

La création d’entreprise artisanale en forte hausse: ce qu'il faut retenir du Baromètre de l'artisanat de novembre 2019

La création d’entreprise artisanale en forte hausse: ce qu'il faut retenir du Baromètre de l'artisanat de novembre 2019 - Le Studio Next

Publié quatre fois par an, le Baromètre de l’Artisanat analyse les grandes tendances du secteur. Réalisé par l’Institut Supérieur des Métiers, avec le soutien de MAAF Assurances, il présente les évolutions économiques et sociales des artisans dans les territoires.

La création d’entreprise artisanale en forte hausse 

La création d’entreprises artisanales connaît une forte progression en France: +13% en un an. 177.500 entrepreneurs ont créé une entreprise artisanale en 2018, dont plus d'un tiers dans de grandes métropoles. Cependant, les autres territoires participent à cette dynamique, y compris dans les communes rurales qui regroupent 20% des créations. 

Principalement constitué d’activités de proximité, ce secteur évolue en même temps que la démographie, la dynamique des territoires, mais aussi les tendances de marché.

Top 3 des secteurs d’activité́ de l'artisanat 

Trois familles d'activités gagnent en attractivité:

  • À la première place aujourd’hui figurent les activités de service dont les créations enregistrent un bond de 17% et représentent 57100 créations. Les deux premiers secteurs pour la création d‘entreprise artisanale sont d’ailleurs aujourd’hui les taxis/VTC (une activité certes concentrée dans l’agglomération de Paris et les métropoles) et le nettoyage des bâtiments. 
  • Avec ses 63 200 nouvelles entreprises et une hausse de 11% des installations, l’entrepreneuriat retrouve également une forte dynamique dans l’artisanat du BTP après plusieurs années de crise. Aujourd'hui, plus d’une création sur quatre concerne ce secteur. 
  • La création d’entreprises est également en forte progression dans l’artisanat de fabrication (+17%), notamment dans les métiers d’art. 

Dans l’artisanat de l’alimentation (+4%), quelques niches sont particulièrement attractives pour les entrepreneurs, notamment la fabrication artisanale de produits alimentaires, qui renaît avec le courant locavore.

L'artisanat en mode solitaire

Seules 5% des entreprises nouvellement créées emploient des salariés lors de leur démarrage, contre 20% il y a 12 ans. Ce phénomène s’explique en partie par le développement de la micro-entreprise depuis 2008. Ainsi, 26% des créateurs ayant démarré leur activité en 2018 exercent sous le statut micro-entrepreneurs. Un tiers d'entre eux occupe en parallèle un emploi salarié et n’ont donc pas un objectif de développement et de création d’emplois salariés. 

Afin de permettre aux créateurs d'entreprise de profiter de la meilleure protection qui soit, les assureurs tel que MAAF leur proposent un accompagnement individualisé. Parmi les garanties proposées : l’assurance multirisque professionnelle pour couvrir les locaux, l’'incendie, le dégât des eaux, ou le vol, mais aussi la responsabilité civile professionnelle – et l'assurance prévoyance pour faire face aux difficultés financières en cas d’accident ou de maladie.

La reprise d'entreprise artisanale 

La reprise d'entreprise est en berne depuis une dizaine d’années mais deux secteurs concentrent 80% des installations : l'Alimentation et les Services. Le repreneur, souvent un ancien salarié ou un ancien cadre de l'entreprise, cherche en moyenne 5 mois pour trouver une activité dans laquelle il investit entre 100 000 et 300 000 euros.

Un investissement qui paie: passées les deux premières années, 60% des entreprises enregistrent un chiffre d'affaires en hausse. 

Publi-rédactionnel avec le soutien de la MAAF dans le cadre de l'opération RMC des "Meilleurs Artisans de France".