RMC

La flexibilité pour lutter contre le chômage: bonne idée ?

-

- - -

Xavier Bertrand a suscité la colère des syndicats, mardi, en prônant une plus grande flexibilité des salariés pour lutter contre le chômage. Le ministre propose d'adapter leurs horaires et leur salaire en fonction des besoins de l'entreprise. Qu'en pensez-vous ?

Xavier Bertrand envisage la création de « pactes compétitivité emploi » dans les mois qui viennent. Ils permettraient aux entreprises d'adapter le temps de travail de leurs salariés (et leur rémunération) en fonction de l'activité ou des carnets de commande. En contrepartie, l'emploi serait en théorie mieux garanti. Le ministre du Travail a fait cette annonce mardi, au lendemain de la publication des chiffres de l'emploi de novembre. Le chômage atteint son plus haut niveau depuis 12 ans avec plus de 2.8 millions de Français sans activité.

«Flexibiliser ne règle en rien le problème du chômage»

L'idée de Xavier Bertrand met en colère le porte-parole de la CGT, Eric Aubin. « On a eu récemment quelques expériences qui en disent long sur les conséquences de ce type de mesures. Le dossier Continental, par exemple, qui avait marqué l'actualité. Les salariés avaient accepté de flexibiliser leur temps de travail et des baisses de rémunération. Et au bout du compte, l'entreprise a fermé et beaucoup d'entre eux sont toujours au chômage. Donc on voit bien que flexibiliser ne règle en rien le problème du chômage ».

«Bien sûr qu'il faut plus de flexibilité !»

« Bien sûr qu'il faut plus de flexibilité ! », estime au contraire Xavier Kergall, président du Salon des entrepreneurs. « Les services à la personne par exemple ou dans l'informatique. Dans ces secteurs, on ne peut absolument rien faire avec les salariés si demain ou après-demain il y a trois clients perdus et qu'on ne peut ni toucher le temps de travail des salariés, ni leur rémunération ».

Et vous, qu'en pensez-vous ?

La Rédaction