RMC

La Grande Vadrouille passe encore à la télé: "De Funès et Bourvil, ça continue de marcher sur les enfants"

-

- - -

La mythique comédie de Gérard Oury est une nouvelle fois diffusée dimanche soir (France 2, 20h55). Pourquoi La Grande Vadrouille continue de passionner les Français? Vincent Chapeau, auteur de "Sur la route de la Grande Vadrouille, les coulisses du tournage" tente de répondre à cette question.

Vincent Chapeau, auteur de "Sur la route de la Grande Vadrouille, les coulisses du tournage".

"Pourquoi les Français sont si attachés à ce film? En l’occurrence, même Gérard Oury n’avait pas la réponse. Toute sa carrière, on lui a demandé qu’elle était sa recette. Quand il entame La Grande Vadrouille, il est déjà sur le succès du Corniaud, qui sort en salle en mars 1965. Et Oury a déjà tout à fait conscience, avec Bourvil et De Funès, de tenir un duo absolument incroyable. Et il se dit que s’il ne leur propose rien, ils vont filer avec un autre réalisateur. 

Il ressort un vieux scénario, qu’il avait d’ailleurs vendu. Il se débrouille pour le réadapter, parce qu’à l’origine, les héros étaient deux sœurs. Il va réunir la même équipe que sur Le Corniaud, et ils vont travailler de fin 1965 jusqu'à début 1966. Et le tournage de La Grande Vadrouille, c’est un an après la sortie du Corniaud. Il est en salle pour les fêtes de fin d’année 1966.

"Par rapport à d’autres comédies de l’époque, La Grande Vadrouille a beaucoup moins vieilli"

Le pilier, c’est Bourvil-De Funès, associés à Gérard Oury, mais aussi un quatrième larron, qui est Robert Dorfmann, le producteur. Il avait déjà misé une somme considérable sur Le Corniaud, ce qui lui valait les moqueries de l’ensemble du milieu du cinéma parisien. Parce qu’en l’occurrence, on ne pariait pas sur une comédie haute en couleurs, avec des voyages à travers la France, etc… Ce n’était pas du tout la façon de produire des comédies à l’époque. Ça va très bien marcher à la sortie du Corniaud, à tel point que tout le monde leur propose de faire une suite. Oury et Dorfmann refuse catégoriquement.

L’alchimie autour de la Grande Vadrouille, c’est vraiment quelque chose qui n’a pas d’explication. Du régisseur général à Rémi Julienne, le légendaire cascadeur, tous ces gens qui vont avoir une carrière extraordinaire par la suite continueront à citer La Grande Vadrouille comme un moment particulier de leur carrière. 

"La Grande Vadrouille fait partie de ces grands films quoi ont traversé les océans"

C’est un film intergénérationnel. De Funès, surtout quand il est associé à son copain Bourvil, ça continue de marcher sur les enfants. Ça fonctionne toujours. Le jeu de De Funès, c’est extrêmement visuel. Et puis c’est une grande aventure: à cheval, en voiture, en planeur, en avion, à moto. Et ça continue de marcher partout dans le monde! En Afrique, ou jusqu’en Chine, les gens l’ont vu grâce à leurs parents ou leur grands-parents. En Russie, Bourvil et De Funès sont très connus. Et La Grande Vadrouille fait partie de ces grands films quoi ont traversé les océans.

A chaque diffusion télé, le film réunit entre 8 et 12 millions de téléspectateurs. Aujourd’hui, la concurrence est beaucoup plus rude avec les chaines de la TNT. Mais ça reste toujours des scores assez considérables. La Grande Vadrouille est passée pour la première fois à la télévision dix ans après sa sortie, un 1er janvier 1976. Ensuite, la moyenne, c’est à peu près une diffusion tous les deux ans. En fait, on est à peine à une vingtaine de diffusions, alors qu'on dit comme un gimmick: 'il passe autant que la Grande Vadrouille'. Mais il y a des films qui passent beaucoup plus souvent que La Grande Vadrouille. Vu de 2017, on pourrait considérer que ça a extrêmement vieilli. Mais je trouve que par rapport à d’autres comédies de l’époque, ça a beaucoup moins vieilli en terme de rythme".

Antoine Maes