RMC

Le coup de gueule du chef Thierry Marx contre Leclerc: "Arrêtez avec cette théorie du low cost"

Dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story, le chef étoilé Thierry Marx a poussé un coup de gueule contre la guerre des prix dans l’alimentaire. Avec un message pour Leclerc, qui a fixé le prix de la baguette à 29 centimes.

C’est le message d’un chef étoilé, Thierry Marx, pour le grand patron de Leclerc : "Arrêtez avec cette théorie du low cost. La nourriture, ça a un impact social et environnemental. Et là, où sont-ils ?". Dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story, il a défendu les agriculteurs et les filières de production face à l’appétit de la grande distribution. Dans son viseur, de façon symbolique, le prix de la baguette fixé à 29 centimes par Michel-Edouard Leclerc.

"On nous fait le coup du low cost pour les gens modestes, mais ce n’est pas vrai, explique Thierry Marx. S’il y a des gens modestes aujourd’hui dans notre pays, c’est parce que le low cost, depuis les années 70, dégrade notre économie. Jouer les vertueux, une main sur le cœur et l’autre sur le tiroir-caisse, c’est un peu facile. C’est une vieille ficelle. Vous faites un prix très bas et vous créer du flux dans vos magasins. Ces mêmes grandes enseignent défendent les circuits courts, l’agriculture qu’elles protègent… Mais quand on gratte un peu derrière, ce n’est pas la réalité."

>> Tous les podcasts d'"Apolline Matin" sur RMC

​​​​​​​

"Quand on parle de prix bas, regardons ce qu’il y a derrière"

"Ces baguettes et cette nourriture ne sont pas bonnes pour la santé, ajoute le chef étoilé sur RMC ce vendredi matin. Il faut penser aussi aux artisans boulangers, qui protègent les filières et donnent satisfaction aux clients. Les grandes enseignes n’ont pas ce souci-là. Quand on parle de prix bas, regardons ce qu’il y a derrière. Revenons sur le revenu agricole. La grande distribution a massifié l’agriculture et on sait qu’environnementalement, ce n’est pas bon."

Et pour Thierry Marx, l’argument de la lutte pour le pouvoir d’achat des Français ne tient pas: "Ces magasins doivent comprendre qu’ils ont une responsabilité sociale. Pour le pouvoir d’achat, il faut relever les salaires, il y a d’autres moyens".

LP