RMC

Les Attaques, la commune qui verbalise les parents retardataires

-

- - Martin Bureau - AFP

Pour mettre fin aux abus de certains parents qui venaient récupérer leurs enfants à l'école en retard et sans prévenir, la commune de Les Attaques, dans le Pas-de-Calais, a mis en place depuis la rentrée un système d'amende.

Ras-le-bol des retards des parents pour récupérer leurs enfants. A Les Attaques dans le Pas-de-Calais (2.000 habitants), la mairie et l'école Robert Doisneau ont mis en place depuis la rentrée une mesure qui fait causer. Une amende de 10 euros sera infligée aux parents qui ne préviennent pas l'établissement de leur retard ou de leur absence pour venir chercher leurs enfants le midi ou l'après-midi. L'école comprend une maternelle et une primaire et compte 194 élèves.

La mairie justifie cette mesure pour éviter les abus et responsabiliser les parents. Ces dernières années, des enfants n'étaient pas récupérés par leurs parents à midi, avant la cantine ou l'après-midi avant la garderie ou les temps d'activité périscolaire (TAP). Et les parents ne prévenaient même pas l'école par téléphone.

"Les parents se sentent de moins en moins responsables"

"Nous avons fixé le montant de l'amende à 10 euros, mais nous aurions pu tout à fait mettre 50 euros, explique Virginie Le Mignon, adjointe au maire en charge des affaires scolaires. L'idée c'est de responsabiliser les parents, parce qu'aujourd'hui les parents se sentent de moins en moins responsables". L'adjointe assure que la demande "est venue des enseignants, et de la directrice, qui souhaitaient que les enfants ne soient pas livrés à eux-mêmes passé midi. C'est arrivé à plusieurs reprises les années précédentes et on ne voulait pas que ça se renouvelle".

"Pourquoi pas des coups de bâton pendant qu'on y est ?"

Votée au mois de juillet en conseil municipal, la mairie indique que la mesure a été intégrée dans le règlement de l'école et donc signée par les parents. Hervé-Jean Le Niger, vice-président national de la Fédération de parents d'élèves FCPE, s'étonne de cette mesure prise par la commune de Les Attaques. "Les parents retardataires ont peut-être des bonnes raisons. Ce sont peut-être des parents défavorisés socialement et financièrement. C'est ubuesque et extravagant. Et pourquoi pas des coups de bâton pendant qu'on y est ?".

La rentrée n'a eu lieu qu'il y a quelques jours, mais aucune amende n'a pour l'instant été adressée à des parents retardataires.

Philippe Gril avec Antoine Boyer