RMC

Lutte contre l'"apartheid": les propositions choc de Philippe Doucet (PS)

Dans une lettre ouverte à Manuel Valls, Philippe Doucet, lui a fait 24 propositions pour "lutter vraiment contre l'apartheid". Alors que le Premier ministre doit présider un comité interministériel à la citoyenneté et à l’égalité et faire des annonces sur la politique de la ville ce vendredi, le député socialiste du Val D'Oise était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Ce vendredi après-midi le Comité interministériel à la citoyenneté et à l'égalité se tient à l'hôtel Matignon, en présence de Manuel Valls. Objectif : s'attaquer à ce que le Premier ministre appelait, en janvier dernier, l'"apartheid territorial, social et ethnique". En d'autres termes : favoriser la mixité sociale. Comment ? Grâce à une "politique de peuplement". A cette occasion, Philippe Doucet, proche du chef du gouvernement et député PS du Val d'Oise, va remettre 24 propositions au Premier ministre autour de quatre grands axes : logement, développement économique, éducation et citoyenneté.

Parmi ces propositions, il y a notamment la remise à plat de la fiscalité locale à partir du potentiel fiscal des villes. En clair, il faut introduire la dégressivité, allant jusqu’à la suppression, dans le calcul de la dotation globale de fonctionnement pour les villes au-delà d’un certain seuil de richesse. Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, ce vendredi, Philippe Doucet s'explique: "Pourquoi dans votre ville, une école coûte le même montant à construire qu'à Argenteuil alors que les richesses de ces deux villes sont différentes. L'Etat donne le même montant aux deux communes alors que selon moi il devrait moins doter les communes riches que les communes pauvres".

"L'Etat, fiscalement, organise la ghettoïsation"

Il ajoute: "En réalité pour les communes pauvres il fait un petit chèque, appelé dotation de solidarité urbaine, loin d'être à la hauteur des enjeux. Donc aujourd'hui quelqu'un de la classe moyenne dans une ville populaire a tout intérêt à partir pour rejoindre une ville plus riche". C'est pourquoi il estime que "l'Etat, fiscalement, organise la ghettoïsation". "Ce n'est donc pas possible de continuer comme cela

Autre proposition choc: instaurer un quota maximum de populations d'origines immigrées dans les HLM. "Les gens nous le demandent", justifie Philippe Doucet dans Bourdin Direct. En découle donc la mise en place de statistiques ethniques. "Aujourd'hui quand on fait des affectations de logement, on connaît les richesses des gens, la composition sociale du foyer… Il m'est par exemple arrivé, dans un certain nombre de bâtiments, d'arrêter de mettre des enfants. Pourquoi? Parce qu'il y avait des problèmes de voisinage et de nuisances sonores donc avec moins d'enfants les choses se détendent", argumente le député socialiste.

"Les gens sont demandeurs de mixité"

L'ancien maire d'Argenteuil en est persuadé: "Les gens sont demandeurs de mixité. Il faut brasser: les jeunes, les vieux, les populations immigrées". Pour autant, il ne se dit pas certain que le gouvernement ira dans cette direction car selon lui "il y a des résistances partout". Autre recommandation: la mise en place d'une présence policière adaptée dans les quartiers. "Pourquoi y a-t-il plus de policiers sur les Champs-Elysées qu'à Argenteuil ? Je quitte Argenteuil il n'y a pas un policier, j'arrive à l'Assemblée nationale, il y en a un tous les trois mètres", constate-t-il, très remonté.

Parmi les autres propositions faites par Philippe Doucet, il y a notamment l'application très stricte du quota de logement sociaux dans les villes. Dans le domaine de l'éducation, une formation par Internet pourrait être mise en place, destinée à ceux qui sont sortis de la scolarité. Et la mise en place de l'Agence nationale de développement économique, agence qui doit permettre de créer plus facilement une entreprise. Le député socialiste suggère aussi de rendre obligatoire le vote, comme cela se fait déjà en Belgique, au Luxembourg ou en Grèce.

24 propositions pour lutter contre l'apartheid by LeMondefr

Maxime Ricard avec Jean-Jacques Bourdin