RMC

Malades d'Ebola en fuite: "tout le monde a peur"

Un centre de MSF en Sierra Leone.

Un centre de MSF en Sierra Leone. - AFP

Un centre d'isolement pour patients atteints d'Ebola a été attaqué samedi à Monrovia au Liberia. 17 malades sont en fuite avec les infirmiers qui étaient sur place.

Des hommes armés affirmant ne pas croire à la maladie d'Ebola ont attaqué samedi un centre d'isolement pour patients à Monrovia, la capitale du Liberia, provoquant la fuite de dix-sept malades et emportant du matériel.

Cette violence n'étonne pas Marc Gentilini, professeur émérite des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, et président honoraire de la Croix-Rouge française. Il était en Guinée au mois de mai dernier pour s'occuper de malades d'Ebola: "Ça ne m'étonne pas, tout le monde a peur. Tout le monde a peur et réagit à sa façon. Quand on vient monter un centre qui met à l'isolement une famille ou un village, c'est très difficile à faire admettre. C'est le dialogue entre les autorités sanitaires qui sont envoyées par l'Etat et les autorités locales qui sont en charge des populations".

"Un manque de communication"

"C'est cette communication-là qui manque le plus souvent et est à l'origine des réactions violentes, c'est-à-dire comment des jeunes ont été trompés pour être mobilisés contre des agents sanitaires qui venaient pour essayer de les protéger", a-t-il aussi déploré sur RMC.

Par ailleurs, à Freetown, la capitale de la Sierra Leone, un homme de 25 ans soupçonné d'avoir été infecté par le virus, s'est brièvement échappé samedi soir du centre d'isolement où il séjournait, a indiqué le porte-parole du ministère sierra-léonais de la Santé, Sidi Yahya Tunis.

En cinq mois, l'épidémie d'Ebola, la plus grave depuis l'apparition de cette fièvre hémorragique très contagieuse en 1976, a fait 1.145 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS): 413 au Liberia, 380 en Guinée, 348 en Sierra Leone et quatre au Nigeria.

P.B. avec H.Dago