RMC

Maladie de Lyme: "J'attends qu'on me donne le droit de guérir"

-

- - -

Matthias Lacoste, un père de famille, est en grève de la faim. La sécurité sociale refuse de reconnaître qu'il est atteint chroniquement de la maladie de Lyme. Le congé maladie de cet employé de banque s'est achevé ce week-end mais Matthias Lacoste n'est pas en mesure de reprendre le travail.

Y a-t-il un problème avec le diagnostic de la maladie de Lyme? C'est ce que pense Matthias Lacoste, un père de famille qui a entamé une grève de la faim samedi. Son congé maladie s'est en effet terminé, il ne reçoit donc plus aucune indemnité de la sécurité sociale, et devra retourner travailler lundi.

Sauf que Matthias n'est pas en état de reprendre son poste d'employé dans une banque, car il est atteint de la maladie de Lyme depuis dix ans. Une maladie transmise par les morsures de tiques. Et ses symptômes empirent de jour en jour: "J'ai des fourmillements, des douleurs articulaires et musculaires, des maux de tête, il m'arrive d'avoir de la fièvre".

Il en appelle donc à la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Et demande à être pris en charge pour prolonger son arrêt maladie et continuer ses traitements. Matthias a commencé une grève de la faim: "J'attends que la ministre me donne le droit de guérir. Ça passe par le prolongement de mes indemnités pour continuer à me soigner. Je suis prêt à aller jusqu'au bout. Jusqu'à la mort. Je reçois des centaines de témoignages de gens qui sont dans la même situation que moi, il faut que les choses changent".

"Des milliers de victimes qui ne sont pas reconnues"

Car pour lui, s'il en est là, c'est que la médecine refuse de croire qu'il a une maladie de Lyme chronique. Médecins et sécurité sociale connaissent mal la maladie et estiment que l'on peut en guérir en 3 semaines.

Sauf qu'il existe bien des formes chroniques de la maladie. "Il [Matthias] reflète bien le drame de milliers de victimes en France qui ne sont pas reconnues. Certains ont erré de médecin en médecin et donc ce sont des drames en permanence", estime Roger Lenglet, journaliste d'investigation et auteur d'une enquête sur le sujet.

C'est ce que dénonce également le Prix Nobel de médecine Luc Montagnier. "Il est lamentable que les pouvoirs publics et les autorités de santé n'aient pas une politique cohérente sur la maladie de Lyme", a-t-il déclaré lors d'un colloque à Strasbourg ce dimanche, dénonçant "une ignorance totale sur le sujet".