RMC

Malentendant, il devait se faire opérer de la paupière, il se fait opérer de l'œil: il est presque aveugle

Une salle d'opération (illustration)

Une salle d'opération (illustration) - AFP

Gaston, un octogénaire sourd a été opéré, en 2011, par erreur d’un œil, parce qu’il avait répondu à tort à l’appel d’un nom qui n’était pas le sien après avoir ôté ses appareils auditifs. Ce mercredi, il porte cette erreur médicale devant le tribunal de grande instance de Limoges pour obtenir une expertise judiciaire.

Il devait se faire opérer de la paupière, les médecins l'ont opéré de l'œil. Les faits remontent à 2011, à l'hôpital de Limoges. Venu pour une banale opération de la paupière, Gaston patiente dans la salle d’attente de la clinique Chénieux. L’octogénaire porte des appareils auditifs, qu’on lui demande de retirer. Problème, sans eux, il entend très mal. Et, alors qu’il croit entendre son nom être appelé, il va finalement prendre la place d’un autre patient qui doit subir une opération bien plus lourde de l’œil.

Dès le lendemain, l'équipe médicale reconnait son erreur. Mais, depuis 2014, Gaston est devenu presque totalement aveugle. Atteint par ailleurs de cataracte et de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge, une maladie de la rétine, ndlr) il a en effet constaté une baisse brutale de ses capacités visuelles et souffre aujourd’hui d’une cécité quasi totale. Gaston est persuadé que l’erreur est à l’origine de cette cécité.

Mais pour les médecins, qui se basent sur une expertise de la Commission régionale de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux (CRCI), si Gaston ne voit plus c'est tout simplement parce qu'il est atteint d'une dégénérescence maculaire liée à l'âge. Dégénérescence qui date, selon eux, d'avant l'opération. Pas de lien de causalité donc estime la clinique. Mais l’avocat de Gaston, Maître Mathieu Plas a demandé ce mercredi une contre-expertise au tribunal de grande instance de Limages. Celui-ci doit se prononcer le 13 juillet prochain.

M.R avec Yoko Trigalot