RMC

Marine Le Pen lundi sur l'île de Lampedusa

Sur l'île italienne de Lampedusa où accostent des immigrés clandestins fuyant les troubles politiques en Afrique du Nord.

Sur l'île italienne de Lampedusa où accostent des immigrés clandestins fuyant les troubles politiques en Afrique du Nord. - -

Marine Le Pen se rendra le lundi 14 mars sur l'île italienne de Lampedusa où accostent des immigrés clandestins fuyant les troubles politiques en Afrique du Nord, annonce le Front national.

La présidente du FN tiendra le lendemain une conférence de presse à Rome où elle entend dénoncer "l'incapacité de l'Union européenne à juguler le déferlement migratoire qui frappe l'île de Lampedusa".

La présidente du Front national, qui arrive en tête des prétendants à l'Elysée dans un récent sondage Harris Interactive, poursuit sa croisade anti-immigration en s'appuyant sur les inquiétudes face aux révolutions arabes.

Marine Le Pen a déjà apporté son soutien à Bernardino De Rubeis, le maire de Lampedusa qui doit faire face à l'arrivée de milliers de clandestins tunisiens depuis la mi-février.

Elle s'est indignée dans un communiqué que l'élu fasse l'objet d'une enquête diligentée par le parquet pour incitation à la haine raciale, "pour avoir adopté un décret interdisant la mendicité et les comportements contraires aux convenances, ainsi que l'utilisation des lieux publics pour y camper".

"Ce terrorisme judiciaire démontre, s'il en était encore besoin, l'acceptation par les classes dirigeantes européennes et nationales de cette submersion migratoire", a-t-elle dit.

Dimanche prochain, Marine Le Pen sera l'invitée de Radio J, l'une des radios de la communauté juive.

Cette invitation signifie qu'un tabou est tombé car son père, Jean-Marie Le Pen, n'a jamais été convié à cette émission, écrit le blog Droites extrêmes du quotidien Le Monde.

Le directeur de la radio, Frédéric Haziza, a assuré à Droites extrêmes que cette invitation "n'est pas un quitus donné aux options de Marine Le Pen." "C'est suite à ses déclarations sur la Shoah, parues dans Le Point. Il n'y aura aucune concession dans les questions", a-t-il dit.

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a jugé cette invitation "dangereuse et malvenue".

"Elle pourrait faire croire à une forme de complaisance de la communauté juive et ses institutions à l'égard de Marine le Pen et risque de lui donner plus d'écho encore. Elle s'intègre à la stratégie de banalisation entreprise par sa nouvelle présidente", écrit l'organisation dans un communiqué.

REUTERS