RMC

Marine Le Pen veut transformer l'essai des cantonales

Le Front national espère concrétiser sa percée dimanche prochain au second tour des élections cantonales et en faire un tremplin pour la candidature de Marine Le Pen à la présidentielle de 2012. Le parti d'extrême droite sera au second tour dans 400 canto

Le Front national espère concrétiser sa percée dimanche prochain au second tour des élections cantonales et en faire un tremplin pour la candidature de Marine Le Pen à la présidentielle de 2012. Le parti d'extrême droite sera au second tour dans 400 canto - -

Le Front national espère concrétiser sa percée dimanche prochain au second tour des élections cantonales et en faire un tremplin pour la candidature de Marine Le Pen à la présidentielle de 2012.

Forte d'une "poussée extrêmement nette", la présidente du FN y a vu lundi le signe d'un "vote d'adhésion" et non plus simplement protestataire favorisant son dessein présidentiel.

Estimant que le FN avait souffert de l'abstention, elle a appelé les électeurs ne voulant plus du "global parti", terme désignant l'alliance objective selon elle entre l'UMP et le Parti socialiste, à se mobiliser pour le second tour.

Le parti d'extrême droite, qui sera au second tour dans 400 cantons sur les 2.026 où le scrutin était organisé et arrive en tête dans 40 d'entre eux, voudrait obtenir ses premiers conseillers généraux. Il n'en a pour l'instant aucun.

Mais Marine Le Pen s'est voulue prudente sur les chances de son parti de gagner ses premiers cantons. "J'espère qu'il y aura des surprises. Nous n'en avons aucun. Tout ce qui arrivera sera le bienvenu", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse.

Surtout, la nouvelle présidente du FN espère démontrer sa capacité à capter le coeur de l'électorat UMP en misant sur les déçus de la politique menée par Nicolas Sarkozy.

Sa stratégie semble produire ses effets. Le FN, avec 15,56% des voix, talonne le parti majoritaire (17%), selon les résultats du ministère de l'Intérieur, alors qu'il n'avait de candidats que dans 75% des cantons environ.

"L'UMP FOND COMME NEIGE AU SOLEIL"

"Ce qui fait que le FN a fait 19,2% là où il présentait des candidats. Dans ses meilleurs heures, c'était un parti à 15%. Là, c'est un parti à 20% et ça change tout", dit Marine Le Pen.

Pour le secrétaire général du FN Steeve Briois, "l'UMP fond comme neige au soleil. Ils peuvent dire tout ce qu'ils veulent, ils sont en train de couler".

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a créé la polémique en laissant ses électeurs libres de leur choix dans les cantons où la formation ne peut se maintenir, même si le Premier ministre François Fillon s'est démarqué lundi de cette position en appelant à voter contre le Front national.

La position de Jean-François Copé favorise le FN dans les 204 cantons où un duel l'opposera au PS. Mais Marine Le Pen y voit une manoeuvre du secrétaire général de l'UMP.

"Jean-François Copé essaie de faire voter socialiste sans le dire. Je crois que Nicolas Sarkozy ne maîtrise plus rien, il ne maîtrise plus ses élus et il ne maîtrise plus ses électeurs qui sont dans une position de défiance", a-t-elle dit.

Fait nouveau, Marine Le Pen a indiqué que son parti était prêt à accorder son soutien à des candidats divers droite qui en feraient la demande là où il n'est pas présent au second tour.

"Si un divers droite mérite notre soutien par ses déclarations et ses positions envers le Front national, nous envisagerons la situation au cas par cas", a-t-elle précisé.

L'état-major frontiste, qui se voulait prudent sur ses chances de réaliser une percée dans un scrutin qui ne lui est traditionnellement pas favorable, estime que la "vague bleu Marine" de ces derniers mois a joué à plein.

La nouvelle présidente du FN, qui a succédé à son père en janvier, est en effet créditée de 19% à 24% des voix pour la présidentielle 2012 et se qualifierait pour le second tour dans une majorité des sondages publiés.

Ce scénario fait craindre à la classe politique un nouveau 21 avril, par référence à la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle en 2002, au détriment du socialiste Lionel Jospin, alors Premier ministre.

Le FN se présentait dans 1.440 circonscriptions sur 2.026 renouvelables. En 2004, il était présent dans 1.850 cantons sur 2.035 renouvelables et avait obtenu 12,13% des suffrages.

BASTIONS DU NORD

Comme prévu, le FN réalise ses meilleurs scores du premier tour dans ses bastions du Nord, du Sud-est et du Languedoc-Roussillon, où il progresse partout.

Mais il réalise également des percées dans des régions où on ne l'attendait pas, dans l'est de la France mais également dans l'Ouest, avec des scores flatteurs en Charente-Maritime, dans le Morbihan ou en Vendée, a souligné Marine Le Pen.

A Choisy-le-Roi, dans le Val-de-Marne, le candidat frontiste (17,29%) affrontera au second tour le PCF (26,4%). Avec 18% des suffrages, le FN enregistre dans le Rhône une forte percée et est en capacité de se maintenir au second tour dans 12 cantons.

Une déception toutefois pour le FN: l'élimination au premier tour à Nice de l'ancien maire UMP Jacques Peyrat, membre à l'origine de l'extrême droite, et qui avait conclu un accord avec son ancien parti du temps de Jean-Marie Le Pen.

REUTERS