RMC

Marseille: des bornes d'appel d'urgence dans le centre-ville

Des bornes d’appel d’urgence en pleine rue. C’est l’expérimentation unique en France lancée par la mairie de Marseille (LR) depuis ce week-end. Six bornes dans l’hyper-centre reliées directement par audio et vidéo au central téléphonique de la police municipale.

Une nouvelle étape dans la mise en place de ce qu'on appelle la "safe city". Car Marseille possède déjà 1.200 caméras et un logiciel d'analyse intelligente des images captées par ces yeux numériques.

A l’heure de la généralisation du téléphone portable notamment, est-ce bien efficace ? Pour Mélanie, qui marche souvent seule dans le centre-ville, ces bornes d’appel d’urgence aux pieds de caméras de vidéosurveillance, pourraient permettre de dissuader d’éventuels agresseurs:

"Ça peut leur faire peur. Je préfère laisser mon portable dans ma poche et pouvoir appuyer sur une touche d'urgence pour essayer de les faire fuir".

Divergences au sein de la mairie sur l'utilité de ce dispositif

Benoit Payan, qui dirige le groupe d’opposition socialiste, y voit plutôt des gadgets sans réelle utilité: "Je pense que c'est un gadget qui ne sert à rien. On est à 100 mètres d'un commissariat. À quoi ça sert de mettre des boutons à 5.000 euros?" 

L’adjointe LR à la sécurité à la maire de Marseille, Caroline Pomentier, défend l’opération qui, selon elle, contribuera au moins à rassurer la population:

"Tous les moyens sont bons. Et ceux qui parlent de gadget n'ont jamais participé à ces politiques de sécurité qui nécessitent toujours plus de relation entre le citoyen et sa police. Ça lui permet de se sentir un peu moins en sécurité".

Un premier bilan de l’expérimentation sera tiré dans 2 mois.

B.M avec Bourdin Direct