RMC

Marseille: "On parle de psychiatrie, mais où est le suivi?", s'indigne la sœur de la victime blessée

Un homme de 35 ans a fauché deux personnes en fonçant sur deux abribus à Marseille. L'une des victimes est décédée. L'homme était soigné dans une clinique psychiatrique et connu des services de police.

Marseille est encore sous le choc. Un homme de 35 ans, déjà connu des services de police pour des délits de droit commun, a fauché deux personnes à deux arrêts de bus lundi matin avec une fourgonnette volée. Une mère de famille a trouvé la mort dans le 11e arrondissement de la cité phocéenne, une autre de 29 ans a été blessée au bassin dans le 13e arrondissement.

Le conducteur a été arrêté un peu plus tard sans dommage sur le Vieux-Port par les policiers marseillais. Le parquet a rapidement écarté la piste terroriste au profit d'une piste psychiatrique.

"Nous sommes tous sous le choc"

Farda, la sœur de la jeune mère de famille blessée, est encore dans l'incompréhension: "Heureusement, elle a survécu. Là, on pense aussi à la famille de la personne qui est décédée. Nous sommes tous sous le choc. Pour nous, c'était un terroriste qui essayait de faire la même chose qu'à Barcelone. Qu'est-ce qu'il faisait ici? En plus il était connu des services de police, mais pourquoi il n'est pas en prison? Comment ça se fait qu'une personne comme ça puisse être en liberté? Il n'était pas suivi? On nous parle de psychiatrie, mais où est le suivi?"

L’homme, originaire de La Tronche près de Grenoble, avait déjà commis plusieurs délits, notamment un vol avec violence. Il suivait depuis deux mois un traitement dans une clinique psychiatrique d’Allauch, près de Marseille.

Lionel Dian (avec P.B.)