RMC

Migrants à la frontière franco-italienne: "la rupture de la frontière, une sonnette d'alarme"

Ce week-end, 200 migrants ont passé en force la frontière franco-italienne avant d'être reconduits. Le maire de Menton, Jean-Claude Guibal réclame le renforcement du dispositif anti-terroriste.

La frontière franco-italienne sous tension. 200 migrants migrants soutenus par des no-borders ont passé en force la frontière française, débordant le dispositif policier, avant d'être arrêtés et reconduits en Italie.

Pour le maire de Menton, Jean Claude Guibal, les moyens de contrôles à la frontière franco italiennes sont insuffisants. Il faut, selon lui, repenser le dispositif : "Les flux migratoires sont devenus extrêmement puissants. La situation m'amène à demander au ministre de l'intérieur de redéployer des militaires en complétant le contrôle de l'immigration par une lutte contre le terrorisme en même temps que soit renforcé les moyens matériels".

Et de préciser: "Il y a sur la commune de Vintimille plus de 1.000 migrants encadrés par des no-borders qui les manipulent et les poussent à passer la frontière. Ils remontent de la vallée et passent la frontière par les chemins de montagne et non par la route ou les chemins de fer plus faciles à contrôler. (…) Vendredi dernier fait inédit pour la première fois la frontière a cédé, 200 migrants ont enfoncé la frontière au poste de St Ludovic. Ils ont été reconduits en Italie mais cette rupture de la frontière constitue comme une sonnette d'alarme".

"C'est facile de les renvoyer chez les voisins"

Thérésa est quasiment tous les jours sur le terrain, membre du collectif Migrants 06, elle affirme que ces solutions sont inadaptées: "Plus de policiers, ce n'est pas la solution. Ça veut dire que l'Italie aura tous les migrants qui arrivent. Ça ne va pas être gérable du tout. C'est facile de les renvoyer chez les voisins. Quand le maire de Menton dit que ce sont des jihadistes, je trouve ça grave parce que c'est criminaliser des gens. Et quand ils sont dans des campements, il y a la Croix Rouge et la police, c'est vraiment très contrôlé. Donc s'il y a avait des jihadistes on le saurait quand même!"

Près de 700 migrants tenteraient actuellement de rentrer en France depuis Vintimille.

P.B. avec Elodie Messager