RMC

Militaires agressés à Nice: "J'ai eu peur que ça soit un cinglé..."

Trois militaires ont été agressé au couteau ce mardi à Nice

Trois militaires ont été agressé au couteau ce mardi à Nice - VALERY HACHE / AFP

Trois militaires en faction devant un centre communautaire juif à Nice ont été agressés au couteau mardi par un homme, immédiatement interpellé, qui avait été refoulé la semaine dernière de Turquie et entendu par la DGSI. Interrogés par RMC, des témoins racontent.

Nouvelle attaque terroriste ce mardi à Nice. Il était 14h10 lorsqu'un homme s'est présenté devant trois militaires en faction devant un centre communautaire juif de la ville. Il a alors sorti deux grands couteaux et a agressé l'un des trois soldats, le blessant profondément à la joue. Les deux autres se sont alors précipités avec un passant pour lui porter secours. Lors de l'interpellation de l'individu, un autre soldat a été légèrement blessé au bras.

"C'est assez choquant"

Une agression à laquelle a assistée Yossi, un jeune Niçois. "J'ai vu comme une espèce d'ombre noire, quelqu'un se précipiter comme un éclair. Il m'a pratiquement frôlé le bras gauche et j'ai pu voir qu'il avait quelque chose dans la main quand il a porté le coup au visage du militaire", raconte-t-il sur RMC. Il ajoute que "l'individu a bousculé une dame que j'ai tiré vers moi car j'ai eu peur que ça soit un cinglé qui cherche à poignarder tout le monde".

"Dans la seconde, trois ou quatre militaires sont arrivés et ont maîtrisé l'agresseur. Je pense qu'en se débattant, il a dû en blesser un autre", rapporte Yossi qui conclut: "C'est assez choquant". A noter que les militaires assuraient la sécurité dans le cadre du plan Vigipirate devant un immeuble en plein centre-ville, abritant le Consistoire israélite de Nice, Radio Shalom et une association israélite.

"Les barbares n'auront pas raison de nous"

Manon, journaliste à Radio Shalom, a vu depuis sa fenêtre l'agression. Elle est sous le choc: "Même si on ne sait pas si c'est un acte isolé, forcément c'est en bas de là où je travaille donc j'ai été très touchée. Retourner à la radio ? Oui, mais… Ça fait peur". A travers cette nouvelle attaque, la communauté juive se sent encore une fois prise pour cible comme l'explique, dans Bourdin Direct, Franck Benzaquen, président de Radio Shalom.

"Quand on s'attaque à des militaires qui protègent des bâtiments juifs, indirectement on s'attaque aux juifs. On s'attaque à des militaires parce qu'ils gardent un bâtiment communautaire", estime-t-il. Et de poursuivre: "Bien sûr que cela nous inquiète. Mais pour Maurice Niddam, président du consistoire israélite de Nice, pas question de tomber dans la psychose: "Il faut rester uni, mobilisé et ne pas avoir peur. Il faut continuer à aller dans les synagogues, dans nos centres communautaires sans changer nos habitudes. Les barbares n'auront pas raison de nous".

M.Ricard avec Elodie Messager