RMC

Mort de la petite Vanille à Angers: les premiers éléments de l'enquête dévoilés

RMC
Après avoir indiqué qu'une amie s'occupait de son bébé d'un an, la mère de famille a avoué avoir étranglé son enfant.

La petite Vanille, un an, pour laquelle une alerte enlèvement avait été déclenchée samedi soir, a été retrouvée morte en fin d'après-midi à Angers.

La mère de la fillette, Nathalie Stephan, 39 ans, avait été retrouvée seule dimanche matin dans un hôtel de Nantes, ce qui avait suscité l'inquiétude des enquêteurs. C’est finalement dans une benne à vêtements de la ville que les enquêteurs ont fait la macabre découverte. 

Comment la petite fille est-elle morte? Lors de sa garde à vue, la mère de famille, qui présente des troubles psychiatriques importants, avait fourni des explications "un peu fantaisistes", selon le procureur, indiquant dans un premier temps avoir confié son enfant à une amie, puis l'avoir tué "par étouffement ou strangulation".

Mais ces premières déclarations vont devoir être vérifiées par les médecins légistes présents dès dimanche, à Angers, sur la scène de crime. Il faut les vérifier d’autant plus que la mère présente de graves troubles psychologiques et que les enquêteurs ont eu extrêmement de mal à la faire parler pendant sa garde à vue.

"Ils ont dû gagner se confiance petit à petit" indiquait le procureur de la République sur RMC lundi matin. "La mère pouvait sortir, libre de s’occuper de son enfant. On est face à une femme qui est en difficulté" précise Eric Bouillard face à Jean-Jacques Bourdin.

C'est finalement Nathalie Stephan qui a conduit les enquêteurs au corps de sa petite fille, avant d'être placée en garde à pour "meurtre aggravé" après ses aveux. A présent, les enquêteurs vont continuer à l’entendre pour essayer de comprendre pourquoi elle a commis un tel crime. 

Maxime Brandstaetter