RMC

Nouvelles dates de vacances: "Le lobbying du tourisme n'a rien à faire à l'Éducation nationale"

Les enfants de la zone B (Marseille, Nantes, Lille, Strasbourg…) sont en vacances dès ce vendredi soir. Avancées pour satisfaire les professionnels du tourisme de montagne, ces vacances créent la polémique. Car à leur retour, les élèves devront travailler 12 semaines d'affilée avant les congés d'été. C'est trop, jugent les parents.

On pourrait se dire qu'ils sont chanceux les élèves de la zone B (Marseille, Nantes, Lille, Nice, Rouen, Strasbourg…), en vacances dès ce vendredi soir. Chanceux, vraiment ? Car après leurs deux semaines de congés, c'est un long tunnel de 12 semaines qui les attend. Et ils ne pourront pas compter sur un mois de mai avare en ponts cette année (le 1er et le 8 tombant un dimanche) pour faire un break.

Cette situation est le fruit de l'avancement des vacances de printemps, décidé par le ministère de l'Éducation nationale pour satisfaire les demandes des professionnels du tourisme de montagne, notamment. Une décision qui fait hurler les parents d'élèves.

"Je trouve anormal de ne pas penser aux enfants, à leur rythme, et de privilégier plutôt les professionnels du tourisme. Je trouve ça lamentable", se désole sur RMC Nathalie, mère d'un élève de CP scolarisée à Nantes. "On les voit déjà fatigués, donc 12 semaines ça va se ressentir", anticipe cette autre maman.

"Tout le monde ne part pas aux sports d'hiver"

Satisfaire les professionnels des sports d'hiver, une bêtise selon Hervé Reby, le président du Syndicat National des Collèges et Lycées en Loire-Atlantique, qui rappelle que "même dans des établissements favorisés, tout le monde ne part pas aux sports d'hiver". "C'est un faux compromis. Là on va se retrouver avec une période qui va être difficilement gérable".

"Le lobbying du tourisme n'a rien à faire à l'Éducation nationale", râle Marie Déguiral, présidente de la section locale de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’Élèves) en Loire-Atlantique.

"Les parents sont révoltés et on a l'impression de ne pas être entendus. Entre noël et les vacances de février on a eu 5 semaines de travail et maintenant la fin d’année va être très lourde. Pour les enseignants, tenir 12 semaines en fin d'année avec des élèves plus difficiles à contenir… On, demande un rééquilibrage. Ça fait des années qu'on réclame 7 semaines de vacances, 2 semaines de congés".

"L'idéal : 7 semaines travaillés et 2 semaines de congés"

"L'idéal, c'est le fameux 7+2. C'est ce vers quoi on doit tendre", confirme François Testu, spécialiste du rythme scolaire, ce vendredi chez Jean-Jacques Bourdin.

"Pour cette zone B, c'est assez déséquilibré et c'est un euphémisme. La mise en place du zonage, le problème de respect de nos fêtes et les demandes du monde socio-économique ne facilitent pas les choses et c'est difficile de satisfaire les besoins des enfants – qui devraient être prioritaires – et les besoins des adultes".

Les élèves de la zone C (qui comprend notamment les parisiens) sont donc les plus heureux cette année, puisque ce sont les seuls à bénéficier de ce régime de 7 semaines travaillés avant 2 semaines de congés.

P. Gril avec A. Godet et JJ. Bourdin