RMC

Oeufs contaminés: "Les autorités belges étaient informées depuis le mois de juin et elles n’ont rien dit"

A mesure que les enquêtes progressent, le scandale alimentaire de milliers d’œufs contaminés par un insecticide, le fipronil, prend de l’ampleur. La Belgique, alertée dès le 2 juin par les autorités sanitaires, ne l’a révélé au public que 2 mois plus tard. Les réactions sont nombreuses.

Informée dès le 2 juin par les autorités sanitaires de la présence du fipronil dans des milliers d’œufs, la Belgique a attendu 6 semaines avant d’alerter le reste des états-membres de l’Union Européenne, et 2 mois avant de prévenir le public. Jean-Marc Nollet, député et chef du groupe écologiste en Belgique était l’invité de Bourdin Direct.

Il se scandalise et s’étonne des délais évoqués: "C’est le 2 juin que l’agence de contrôle belge reçoit l’information qu’une substance interdite, le fipronil pour ne pas la nommer, mais ce n’est que le 20 juillet, 6 semaines plus tard, que cette agence informe les pays européens de cette découverte très problématique. Cela signifie que les autorités étaient informées depuis le mois de juin et qu’elles n’ont rien dit. Les premières mesures ont été prises le 7 août en Belgique, soit deux mois après. Ce n’est pas normal".

"J'attends une réaction forte de la France"

De son côté, Delphine Batho, ancienne ministre de l’écologie et député PS, attend une réaction forte de la France. "J’attends une parole forte de la France devant cette situation invraisemblable où un état-membre de l’Union Européenne attend plus de cinq semaines avant de signaler aux autres états-membres qu’il y a un sanitaire grave. Qu’on puisse utiliser des produits interdits et qu’ils se retrouvent dans l’alimentation n’est pas anodin. C’est grave et je pense qu’on va découvrir que ça fait plusieurs mois que cette pratique existait."

Bourdin Direct (avec Tom Masson)