RMC

Œufs contaminés: faut-il se méfier des plats préparés?

Des oeufs contaminés au fipronil, un insecticide, ont été importés des Pays-Bas et de Belgique par cinq entreprises françaises. Des entreprises d'ovoproduits destinés à la préparation de plats cuisinés. Les consommateurs doivent-ils se méfier de ces plats préparés?

> Oui, selon Anthony Fardet, chercheur en alimentation préventive, auteur de "Halte aux aliments ultra transformés ! Mangeons vrai" (Editions Souccar, juin 2017). Selon lui il faut arrêter de manger trop de plats préparés. Ce scandale des oeufs contaminés est pour lui l'occasion de rappeler cela.

"Ce qu'il faudrait, c'est de ne pas consommer ces plats préparés de manière régulière et excessive, c’est-à-dire tous les jours. Souvent, il y a beaucoup d'additifs et d'ingrédients ajoutés qui sont souvent là pour redonner du goût, de la couleur et de la texture a un aliment qui les a souvent perdus lors de l'ultra transformation.

Le problème, c'est qu'on ne sait pas grand-chose d'un point de vue scientifique des effets à long terme. Il faut en consommer de manière vraiment modérée parce qu'on connaît très mal sur le long terme l'effet de tous ces additifs. On va créer le lit pour des maladies chroniques et pourquoi pas des allergies ou des intolérances. Le problème des œufs est ponctuel mais il faut être vigilant".

> Non estime Philippe Juven, président du CNPO (Comité national pour la promotion de l'œuf). Il estime qu'il faut continuer à faire confiance à la filière française des plats préparés car les oeufs sont traçables.

"Il n'y a absolument pas de raison d'avoir peur puisqu'il y a une traçabilité montante et descendante des produits ce qui fait qu'on connait son origine et s'il s'avère qu'il y a eu une contamination on peut aller chercher le produit et le rappeler pour le retirer du circuit.

Les œufs qui sont produits sont identifiés par le numéro et le code de l'élevage et la date de ponte et quand ils arrivent dans les entreprises pour la transformation il y a une étiquette sur les palettes. S'il y a un doute ou une contamination avérée les lots sont retirés du circuit".

Pierre Gallacio (avec P.B.)