RMC

P. Laurent chez Bourdin : « La politique des retraites est une politique droitière »

Pierre Laurent.

Pierre Laurent. - -

Invité ce vendredi sur RMC et BFMTV, Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, s’est opposé à une intervention en Syrie et a réagi à l’opposition avec le Parti de gauche concernant la stratégie sur les municipales.

Secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, invité ce vendredi matin sur RMC et BFMTV, se rendra ce week-end à La Fête de l’Humanité pour sa 78e édition à La Courneuve. Souhaitant occasionnellement s’allier avec le PS, le PC doit jongler avec le Parti de gauche, qui souhaite présenter des candidats au premier tour dans chaque ville. Le Parti communiste s’oppose aussi à toute intervention en Syrie et critique ouvertement la politique menée par Manuel Valls ainsi que la réforme des retraites, une "réforme droitière".

Sur la sécurité

Manuel Valls, contaminé par les idées FN, comme le dit Jean-Luc Mélenchon ?

8h55 - Pierre Laurent : « Quand on entend Manuel Valls, c’est vrai qu’on a l’impression d’entendre Claude Guéant. Il y a un discours de Manuel Valls dans lequel je ne me reconnais pas. Je crois que son discours est de droite sur la question sécuritaire. Mais j’ai vu que les arbitrages sur la loi pénale le sont en faveur de Christiane Taubira ».

Sur le braquage de Nice. Légitime défense ?

8h55 - Pierre Laurent : « Evidemment c’est terrible. On peut comprendre l’excès d’un homme, mais je ne suis pas partisan de la légitime défense, on voit aux Etats-Unis ce que ça peut devenir ».

-> Bijoutier de Nice : la justice doit-elle être clémente ?

Sur les élus

Les élus, privilégiés ?

8h54 - Pierre Laurent : « Non. J’ai grandi dans une famille ouvrière, mes valeurs viennent de là, je transmets ça à mes enfants, je sais ce que représente le travail. Dans ma vie, on m’a confié des responsabilités, et effectivement j’ai une indemnité parlementaire assez conséquente. Mais on a une originalité : je la reverse intégralement, et je reçois de mon parti une indemnité. Ça permet l’activité commune. Ça nous protège de l’enrichissement personnel, pour ne pas être tenté de mal utiliser ses indemnités ».

Pour la fin du cumul des mandats ?

8h52 - Pierre Laurent : « Oui, je le voterai. On est pour la fin du cumul des mandats, la discussion est au Sénat, et on a décidé de voter pour. En commission, on a été quasiment les seuls à voter pour ».

Parti de gauche / PC : la guerre ?

Sur les différents avec le Parti de gauche, qui ne souhaite pas d’alliances avec le PS au premier tour. La position du PC est-elle politicienne ?

8h48 - Pierre Laurent : « Prenons Paris : nous nous sommes battus depuis des années pour qu’on relance une politique de logement social. Grâce à notre bataille, maintenant il y a 20% de logements sociaux à Paris. On va obtenir de la future équipe de gauche 30% de logements sociaux. Si ce sont des équipes de gauche qui veulent faire des projets comme ça, je dis banco. De toute façon, il faudra se rassembler au deuxième tour. Mais pour bien peser, qu’est-ce qu’il faut faire ? Ça dépend des villes. On va le décider démocratiquement ».

Sur le projet de budget 2014

8h48 - Pierre Laurent : « Je ne le voterai pas. On a une politique de suppression de dépenses publiques. Mais c’est quoi ? Ce sont des emplois publics dont on a besoin et des investissements publics, et on a besoin de ça pour relancer l’économie. On a besoin de former des gens, des fonctionnaires dans les hôpitaux. On dit toujours qu’il y a trop de fonctionnaires, mais n’oublions pas qui ils sont. Il faut aller chercher 50 milliards d'euros d’évasion fiscale, mais il faut des contrôleurs, et on ne les a pas ! »

Le PC dans l'opposition ?

8h44 - Pierre Laurent : « Nous sommes dans l’opposition à la politique telle qu’elle est menée. Je suis de gauche, je n’ai pas envie du retour de la droite, mais la politique menée n’est pas celle qu’attendaient les gens. La politique des retraites telle qu’elle nous est présentée est une politique droitière. Faites les calculs, vous verrez que les futures générations ne pourront pas accéder à une retraite à temps plein ».

Etes-vous un « tireur dans le dos », lui demande Jean-Jacques Bourdin en référence à une phrase de Jean-Luc Mélenchon.

8h44 - Pierre Laurent : « C’était un moment d’énervement, sa parole a du dépasser sa pensée. On se parle très franchement. Le Front de gauche n’est pas du tout en danger, il a de l’avenir ».

Pour une augmentation des taxes sur le gazole ?

8h44 - Pierre Laurent : « Non, c'est une très mauvaise idée. Il y a mieux à faire, on peut encourager le développement des transports en commun, avec une TVA abaissée à 5%. »

Communiste en 2013, est-ce anachronique ?

8h44 - Pierre Laurent : « Pas du tout. L’idée à l’origine, c’est le bien commun, ça revient dans la société. Des gens ont voté François Hollande, Eva Joly, ils ne se reconnaissent pas dans la politique gouvernementale, je veux que le Front de gauche leur tende la main ».

Sur la Syrie

8h40 - Pierre Laurent : « Le monde ne se résume pas au petit monde occidental. Il y a la Russie, l’immense Chine, l’Afrique. Au G20, une dizaine de pays ont refusé de signer le texte proposé par la France. Même en Europe, les Allemands ne nous suivent pas. J’ai demandé un vote à l’Assemblée dès le départ ».

La rébellion syrienne aux mains des islamistes ?

8h38 - Pierre Laurent : « Il y a des démocrates syriens, mais malheureusement, la guerre a importé des djihadistes de toute la région, financés par des puissances étrangères. La précédente guerre en Libye a disséminé des armes qu’on retrouve aujourd’hui en Syrie ».

8h37 - Pierre Laurent : « Nous sommes contre une intervention car ajouter de la guerre à la guerre ne va rien résoudre. Evidemment, l’utilisation d’armes chimiques est insoutenable, mais des bombardements supplémentaires, ça va servir à quoi ? Mais il faut des efforts politiques. Je ne mise pas sur la bonne volonté d’Assad, mais les puissances alentours doivent prendre leurs responsabilités ».

Sur la Fête de l'humanité

8h36 - Pierre Laurent : « Pas mal de ministres sont invités, ils devraient venir, les socialistes sont les bienvenus, ils pourraient écouter la parole populaire en direct ».

Revivez aussi l'émission Bourdin & Co de ce vendredi.

M. Chaillot avec Jean-Jacques Bourdin