RMC

"Pas de crise au PS" après la candidature de Royal, assure Hamon

Le porte-parole du Parti socialiste Benoît Hamon a démenti toute crise interne après la déclaration de candidature à la primaire de Ségolène Royal, qui a pris tout le monde de court. /Photo prise le 25 novembre 2010/REUTERS/Régis Duvignau

Le porte-parole du Parti socialiste Benoît Hamon a démenti toute crise interne après la déclaration de candidature à la primaire de Ségolène Royal, qui a pris tout le monde de court. /Photo prise le 25 novembre 2010/REUTERS/Régis Duvignau - -

PARIS (Reuters) - Le porte-parole du Parti socialiste Benoît Hamon a démenti toute crise interne après la déclaration de candidature à la primaire de...

PARIS (Reuters) - Le porte-parole du Parti socialiste Benoît Hamon a démenti toute crise interne après la déclaration de candidature à la primaire de Ségolène Royal, qui a pris tout le monde de court.

Sur RTL, il a demandé à tous les candidats à l'investiture à devenir dans les prochains mois "les meilleurs opposants et les meilleurs proposants" loin des batailles fratricides.

"Cette crise au PS elle n'existe pas", a assuré Benoît Hamon. "La crise, elle sera à droite qui aura elle, l'UMP, plusieurs candidats au premier tour de la présidentielle" de 2012.

"Nous n'aurons pas plusieurs candidats, nous, au premier tour. On fait des primaires pour choisir le meilleur candidat", a-t-il fait valoir, se déclarant "pas vraiment surpris" de l'annonce de Ségolène Royal, ancienne candidate à l'Elysée du PS en 2007.

Pour l'instant, seuls Ségolène Royal, Manuel Valls et Arnaud Montebourg se sont officiellement déclarés. François Hollande se prépare à être candidat.

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, et le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn ont annoncé leur intention de respecter le calendrier interne, qui prévoit un dépôt des candidatures en juin et un scrutin à l'automne.

Le porte-parole du PS a d'ailleurs estimé qu'il y aurait probablement moins de candidats en juin.

"En juin prochain, nous verrons qui sera candidat officiellement (...) Il est possible qu'il y en ait moins qu'aujourd'hui", a dit Benoît Hamon.

"Ma responsabilité, c'est de dire: il faut être les meilleurs opposants et les meilleurs proposants et comme ça on s'illustrera comme de bons socialistes", a-t-il estimé.

Laure Bretton, édité par Thierry Lévêque

REUTERS