RMC

Pas de vacances pour Sarkozy

Cet hiver, le chef de l’Etat ne prend pas de vacances. Et il veut que tout le monde le sache.

Cet hiver, le chef de l’Etat ne prend pas de vacances. Et il veut que tout le monde le sache. - -

Depuis samedi, les écoliers de France sont en vacances. C’est bientôt la trêve des confiseurs. Mais il y en a un qui va rester sur le pont : Nicolas Sarkozy.

Pas de répit pour Sarkozy ! Le chef de l’Etat veut que tout le monde le sache : il ne va pas prendre de vacances. Rien de rien.

Ni Marrakech, ni Cap-Nègre

Pas d’escapade au Maroc, contrairement aux deux années précédentes, où le couple présidentiel avait passé Noël à Marrakech, villégiature fort peu monacale du Paris qui brille et qui pétille. Il n’ira pas non plus au Cap-Nègre, dans la propriété familiale de Carla Bruni, contrairement à l’été dernier – ce qui déjà, souvenez-vous, se voulait le comble de l’ascèse. Mais c’est un lieu de vacances et c’est déjà trop, estime-t-il, à quatre mois d’une présidentielle qui s’annonce plus que difficile. Sarkozy entend montrer qu’il ne prend ni bon temps ni repos, mais qu’il protège les Français – car c’est ça, la rengaine du moment.

Un mot d’ordre : occuper le terrain

Alors que va-t-il faire ? Il passera peut-être quelques heures à la résidence de La Lanterne, à Versailles, soit exactement à 27 kilomètres de l’Elysée. Mais surtout, il a l’intention d’être sur le terrain, notamment auprès des plus démunis. Il a un objectif, presque une obsession, pendant cette période : prouver qu’il est de plain-pied avec ceux qui souffrent. Jeudi, il devrait être dans un Resto du cœur de la région parisienne. Et ses conseillers sont en train de lui concocter d’autres sorties dites «populaires» entre Noël et le jour de l’an. C’est ce qu’il leur a demandé. D’ailleurs ses collaborateurs n’étaient pas enchantés, quand ils ont compris qu’ils allaient devoir dire adieu à leurs propres vacances, alors qu’ils espéraient profiter de cette dernière trêve avant la campagne.

Quid des ministres ?

Ils sont déjà interdits de vacances à l’étranger depuis le scandale des vacances tunisiennes de Michèle Alliot-Marie et l’affaire des vacances égyptiennes de François Fillon, l’année dernière, alors il ne faut pas leur en demander davantage. Vous savez ce que m’a dit l’un d’eux ? « C’est normal que le président adopte des postures démagogiques, comme de ne pas prendre de vacances. Il veut être réélu. Mais moi, pourquoi je me punirais ? Je ne suis pas candidat à la présidentielle ! ». Fin de citation. Nicolas Sarkozy leur donne un exemple qu’ils n’ont guère envie de suivre. Bien sûr, il se trouvera toujours quelques fayots qui feront savoir qu’ils ont fait comme le président. Ce sera d’ailleurs amusant de les recenser, à la rentrée.

L’erreur de com’ sur le triple A

Le triple A ! Il y a encore trois mois, personne ne savait que c’était autre chose qu’un label d’andouillettes. Jusqu’à ce que Sarkozy décide de communiquer sur le sujet pour expliquer qu’il était le gardien d’un « trésor national », selon l’expression de son ami Alain Minc.
Et maintenant que plus d’un Français n’ignore rien de l’enjeu, les ténors de la majorité assurent que ce ne serait pas un cataclysme, si la note de la France était dégradée. Il faudrait savoir. C’est ce qui s’appelle « une erreur de communication ». Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Michèle Alliot-Marie, hier, sur Europe 1. Une « erreur », donc, à se gâcher les vacances !

Écoutez la chronique d'Anna Cabana, "Les coulisses de la politique" de ce lundi à 7h20.

Anna Cabana