RMC

"Pentagone Français": même ses architectes ne connaissent pas ses secrets

Le nouveau ministère de la Défense, situé à Balard, dans le XVe arrondissement de Paris.

Le nouveau ministère de la Défense, situé à Balard, dans le XVe arrondissement de Paris. - Joël Saget - AFP

RMC a rencontré l'un des architectes du nouveau ministère de la Défense, le "Pentagone français", que visite François Hollande ce jeudi. Un bâtiment qu'il a conçu, mais dont une large partie lui a échappée. Secret défense !

On l'appelle le "Pentagone à la française", ou le "Balardgone". François Hollande visite ce jeudi après-midi le nouveau quartier général de la défense qui regroupe dans le XVe arrondissement de Paris (sur le site Balard, d'où son surnom, NDR) les états-majors des trois armées (Terre, Air, Marine) avec leur cœur opérationnel, le Centre de planification et de commandement des opérations, soit 9.300 personnes (deux tiers sont des militaires) installés depuis cet été dans les locaux. Des locaux énormes : 420.000 m² de bâtiments neufs, et une architecture audacieuse, comme un origami de verre et de métal.

"C'est une véritable ville qui a été enterrée"

Un bâtiment hautement sécurisé. Il a même été conçu de manière à ne pas s'effondrer même en cas d'attaque. L'équivalent en métal de deux Tour Eiffel a été coulé dans les murs du nouveau ministère. Quand on se balade à l'intérieur des locaux, comme a pu le faire RMC juste avant la visite du chef de l'État, en dehors du gigantisme de l'ouvrage, on ne constate rien de particulier si ce n'est la présence d'une brasserie ou d'un salon de coiffure. Mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg.

Telle une base secrète du Spectre dans James Bond, c'est une véritable base fortifiée qui se trouvent sous nos pieds. "C'est une véritable ville qui a été enterrée, explique à RMC Cyril Trétout, l'un des deux architectes. Cette ville, il ne l'a jamais vue, et ne l'a même pas dessinée, lui le concepteur pourtant du bâtiment. "Ce sont des surfaces qui sont enterrées, des lieux effectivement très particuliers. On a conçu l'enveloppe extérieure. On a pu découvrir les énormes portes impressionnantes qui ferment ces lieux, mais au-delà de ça, on n'a rien pu visiter". Secret défense !

Enquête de l'armée sur les familles des architectes

Pour ce qui est des autres lieux sensibles, tel le cabinet du ministre, là aussi, l'armée a pris quelques mesures de sécurité. "Pour dessiner une partie particulière du ministère, il fallait aller dans des locaux, puis ensuite revenir à l'agence pour poursuivre son travail", raconte Cyril Trétout. Et comme tous ceux, architectes, paysagistes, responsables du chantier, qui ont participé à la construction du bâtiment, il a fait l'objet d'une enquête minutieuse de la part de l'armée, qui s'est aussi intéressée à sa famille.

Philippe Gril avec Claire Checcaglini