RMC

"Charette", leader de l’insurrection des Vendéens, adapté en film et vivement critiqué

Dans "Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré brosse le portrait de François Athanase Charette de la Contrie, plus connu sous le nom de “Charette”. Il est le sujet du premier film produit par le Puy du Fou.

Né le 2 mai 1763, François Athanase Charette de la Contrie, plus connu sous le nom de Charette, est un militaire et fils de militaire, qui s’engage à 17 ans dans la marine pour aller participer à la guerre d'indépendance américaine. Il intègre les rangs des indépendantistes à l’occasion de quelques batailles contre les anglais aux Antilles.

Puis survient la Révolution française… Charette prend sa retraite de l'armée à 27 ans, rentre dans sa Vendée natale et organise un beau mariage. Il épouse une veuve très riche et assez vieille et s'apprête à vivre comme un châtelain aisé.

Mais il est rattrapé par l'insurrection vendéenne. Les paysans catholiques de l’Ouest de la France se lèvent contre la toute jeune République. Ils se révoltent contre les impôts, mais aussi contre le sort réservé aux prêtres et contre la mobilisation de masse.

Ces contre-révolutionnaires ont alors besoin de chefs. Ainsi, ils vont chercher Charette qui, dans un premier temps, se cache sous son lit. Mais il finit par accepter de diriger un détachement des Vendéens.

Il participe ensuite à l’attaque de Nantes avec l’armée royale catholique, dont il finira par prendre la tête. Il échappe aux massacres commis par l'armée républicaine, participe lui aussi a des massacres de révolutionnaires, mais il est finalement capturé en 1796, condamné à mort et exécuté sur la place publique à Nantes.

Sa mort marque la fin de la guerre de Vendée, une guerre civile française qui a fait plus de 200.000 morts, la plus grande partie parmi les insurgés catholiques.

Un film sous le feu des critiques

Ce 25 janvier marque la sortie d’un long métrage d’une heure, intitulé Vaincre ou mourir, sur ce leader de l’insurrection vendéenne. Un film constituant la suite logique du spectacle proposé par le Puy du Fou, qui a été vu par 12 millions de spectateurs.

Nicolas de Villiers, directeur du complexe de loisirs et fils de Philippe de Villiers, le créateur du parc d'attraction, a voulu diversifier ses activités et produire ce premier film avec l’aide de Canal + et de Vincent Bolloré.

Et cela donne, d'après les critiques, un étrange objet cinématographique. Un docu-fiction qui mêle des reconstitutions et des interviews d’historiens vendéens. Sur le site internet du film, il est indiqué qu’il a pour objet de répandre les valeurs chrétiennes et conservatrices… Les valeurs de Charette, donc.

Nicolas Poincaré