RMC

Eurovision 2023: qui est La Zarra, la chanteuse québécoise qui va représenter la France?

La Zarra, chanteuse québécoise, a été choisie pour représenter la France à l'Eurovision. Une chanteuse avec une part de mystère qui espère envoyer la France très haut à Liverpool, le 13 mai prochain.

C'est une chanteuse qui sait garder une part de mystère qui va représenter la France au prochain concours de l’Eurovision, le 13 mai 2023 à Liverpool. On ne sait pas son âge, qu'elle refuse de donner, ni son parcours réel, mais seulement qu'elle s'appelle Fatima Zahra Hafdi dit la Zarra.

Ses parents sont originaires du Maroc et ont immigré au Canada, où ils ont eu 7 enfants, dont Fatima. Elle a choisi de se faire appeler la Zarra, en hommage à Edith Piaf qui était "la Môme". La chanson française, c'est son inspiration, et elle a une voix puissante et une façon de rouler les "R" qui fait un peu penser à Edith Piaf.

Un premier tube en 2021

Au Québec elle a d’abord été coiffeuse. Elle pratiquait aussi la boxe jusqu'à qu’un producteur le repère dans une soirée privée où elle chantait Céline Dion. Elle a commencé à écrire ses chansons et elle est très vite venue en France faire carrière avec l’aide de Sébastien Farra, le dernier manager de Johnny. Fin 2021, elle a connu son premier grand succès avec “Tu t'en iras”, programmé à de nombreuses reprises sur les radios

Elle a été choisie non pas après un vote d’un jury ou une sélection par le public, comme lors des quatre dernières éditions diffusées, mais directement par la directrice des divertissements et jeux de francetélévisions et cheffe de la délégation française à l'Eurovision, Alexandra Redde-Amiel, comme le règlement l'y autorise.

>>> Retrouvez tous les portraits de Nicolas Poincaré en podcasts sur le site et l’appli RMC

Après Céline Dion et Natasha St-Pier

Avoir une représentante québécoise pour la France peut étonner mais ce n'est pas inédit. En 2001, Natasha St-Pier avait représenté la France avec son titre "Je n'ai que mon âme" pour une belle quatrième place. En 1988, c'est Céline Dion, jeune débutante de 20 ans, qui portait les couleurs de la Suisse jusqu'à la victoire avec "Ne partez pas sans moi".

L'inverse, c'est-à-dire une artiste française qui représente un autre pays francophone existe aussi. En 1965, France Gall avait aussi gagné le Concours mais pour le Luxembourg, avec une "Poupée de cire, poupée de son", écrit par serge Gainsbourg" pour le Luxembourg. On souhaite le même destin à la Zarra, en mai, à Liverpool.

Nicolas Poincaré