RMC

Le rappeur américain Takeoff, du groupe Migos, tué par balles à Houston

Le jeune rappeur américain Takeoff, membre de l'influent groupe de hip-hop du sud des Etats-Unis, Migos, a été tué par balles mardi matin dans un club de bowling de Houston, au Texas, à l'âge de 28 ans, a annoncé la police.

Le rappeur américain, Takeoff, de son vrai nom Kirshnik Khari Ball, a été tué par balles ce mardi à Houston, au Texas. Il avait 28 ans. Il était membre du groupe Migos, originaire d'Atlanta. Migos, c'est le groupe de rap américain des années 2010.

Trois artistes qui ont inventé de nouvelles sonorités, un style, une manière de chanter, tout dans la répétition. Vous avez forcément entendu un jour un de leur titre. Le groupe qui va placer un de ses titres en tête du billboard américain, le classement hebdomadaire des 100 chansons les plus populaires aux États-Unis.

Migos, c'est des clips avec des centaines de millions de vues, des millions de fans partout dans le monde, des collaborations avec des pop stars comme Justin Bieber ou Katy Perry, des apparitions dans des séries télévisées. Bref, un morceau de la culture populaire, impossible de passer à côté.

27 rappeurs tués par balles depuis 2018

Migos, c'était également trois membres d'une famille et Takeoff était le plus jeune, le plus calme aussi dit-on, de ce trio. D'après la presse américaine, il jouait aux dés dans un club de bowling quand une dispute a éclaté. Il a alors été pris pour cible. Victime de plusieurs coups de feu, il n'a pas survécu.

Des rappeurs américains assassinés par balles, il y en a eu un paquet dernièrement. Six pour cette année 2022 et 27 depuis 2018. C'est surtout leur âge qui interpelle. Ils avaient souvent autour de la vingtaine, ou de la trentaine.

Il y a un mois et demi, c'est un autre rappeur américain qui a été tué par balles: PnB Rock, 30 ans, tué à Los Angeles. Abattu dans un restaurant par un homme qui voulait lui voler ses bijoux et qui l'avait trouvé, parce que la petite amie du rappeur avait partagé leur localisation sur les réseaux sociaux.

27 morts en quatre ans, c'est du jamais-vu. Ça montre bien la violence de plus en plus importante de la société américaine. Et les conséquences de la libre circulation des armes aux États-Unis.

Rémi Ink