RMC

Photos privées d'Éric Zemmour: les coulisses de la une polémique de Paris Match

Le rédacteur en chef de Paris Match, Bruno Jeudy, était l'invité d'Apolline de Malherbe sur RMC.

"Eric Zemmour et sa très proche conseillère, enquête sur la jeune énarque qui dirige sa campagne": voici le titre de la une de Paris Match, qui doit paraître ce jeudi.

Les lecteurs peuvent y découvrir ce titre et cette photo d'Éric Zemmour torse nu, en train de se baigner à la Seyne-sur-Mer dans le Var, samedi dernier, après la réunion publique du polémiste, qui ne s'est toujours pas déclaré officiellement candidat à l'élection présidentielle.

>> A LIRE AUSSI - DIRECT RADIO - Jean-Luc Mélenchon face à Eric Zemmour: suivez le débat exceptionnel sur RMC

Le polémiste, marié, enlace Sarah Knafo, une énarque de 28 ans, sa conseillère de l'ombre, celle qui le suit partout. En page intérieure, il est même photographié en peignoir descendant vers la plage

Alors s'agit-il de photos volées ou d'une opération de communication bien ficelée?

Invité de RMC ce jeudi matin, Bruno Jeudy a balayé les rumeurs:

"Il s'agit d'une photo volée. Notre photographe était sur la plage. Je lui ai demandé de faire des photos. Pour l'enquête précédente, nous avions demandé à Eric Zemmour de faire des photos, mais il ne voulait pas. Nous avons sollicité Sarah Knafo pour un rendez-vous, le lundi. Notre photographe, qui ne fait pas partie de BestImage, l'agence de "Mimi" Marchand - puissante figure de la presse people proche et qu'on dit proche d'Emmanuel Macron ndlr -, fait partie de Paris Match et je lui ai demandé de faire des photos" précise-t-il, glissant que le duo était au milieu de dizaines de baigneurs sur la plage des Sablettes, à ce moment-là.

"Ce qui est certain, c'est que le photographe s'est caché. Peut-être derrière un arbre ou dans une cabine de plage, je ne sais pas. Eric Zemmour a beaucoup d'officiers de sécurité et notre photographe est repéré par ce service" a-t-il indiqué.

Interrogé sur cette photo, Bruno Jeudy poursuit:

"Sarah Knafo est le sujet de cette enquête. Nous nous sommes intéressés à cette femme car elle est peu connue du grand public, mais elle est déterminante dans la décision d'Eric Zemmour de passer à polémiste au Figaro et CNews à candidat bientôt déclaré. C'est un peu sa directrice de campagne, officieuse pour l'instant. C'est la personne qui est contactée par les médias par exemple pour des débats. Elle est au coeur de la montée en puissance d'Eric Zemmour et nous avons voulu en savoir plus sur cette femme brillante de 27 ans, sortie de l'ENA". 

>> A LIRE AUSSI - Eric Zemmour peut "changer la donne de la présidentielle", selon Manuel Valls

Éric Zemmour a annoncé qu'il déposait plainte contre l'hebdomadaire.

Il a tweeté son dégoût: "Il faut croire que je commence à inquiéter suffisament, pour que Paris Match, le caniche du pouvoir, essaye de me nuire".

"Le point de départ, ce n'est pas d'enquêter sur la vie intime d'Eric Zemmour"

Son entourage dénonce une attaque du système et une "volonté de le freiner", alors qu'Eric Zemmour entame à peine une tournée pour la promotion de son nouveau livre, tournée qui prend des airs de campagne électorale... 

En tout cas, l'affaire fait jaser, un fidèle supporter d'Emmanuel Macron nous confiait récemment: "Zemmour est une honte totale dans son rapport aux femmes. Ce type est une raclure". 

"Je ne sais pas pourquoi il se fâche" s'étonne Bruno Jeudy sur RMC.

"Il le sait très bien, on a déjà signé une enquête au début de l'été, il ne l'avait pas contesté, et en était même content d'après son avocat, je ne comprend pas trop sa réaction. Je pense qu'il essaie de se victimiser. C'est souvent comme cela, les politiques qui entrent en campagne. Mais le point de départ, ce n'est pas d'enquêter sur la vie intime d'Eric Zemmour, c'est enquêter sur Sarah Knafo" a précisé le journaliste confiant un choix "tout à fait assumé".

"Les photos qui font scandale, cela fait partie de l'histoire de Paris Match, comme lorsque le magazine avait révélé l'existence de Mazarine Pingeot, la fille cachée de François Mitterrand" conclut-il.

Paul Barcelonne avec Xavier Allain