RMC

Restaurateur, il organise une soirée Beaujolais "pas nouveau"

-

- - -

Le Beaujolais nouveau et son goût de banane arrivent ce jeudi. Pas forcément une bonne nouvelle pour Arnaud, restaurateur à Paris. Pour contrer ce vin primeur qu'il considère peu qualitatif, il organise une soirée Beaujolais pas nouveau, garantie sans Beaujolais nouveau.

Arnaud est gérant du restaurant L'Atelier du marché à Paris:

"L'idée de cette soirée anti-Beaujolais nouveau est venue d'une manière relativement simple. Globalement le Beaujolais nouveau, ce n'est pas un vin très bon, les gens considèrent que ce n'est pas un vin très qualitatif, c'est un vin pas fini. Paradoxalement en Beaujolais, il y a des gens qui travaillent très très bien, il y a des gens qui font du Beaujolais exceptionnel, très gourmand, très qualitatif, donc l'idée c'était de fêter les vrais crus du Beaujolais.

Il y a des Beaujolais nouveaux meilleurs que d'autres, mais un vin, au bout de 2 ou 3 mois d'élevage peut difficilement être qualitatif. Ça reste un vin extrêmement léger, très fruité, ce n'est pas mauvais, mais ce n'est pas ce que les gens attendent d'un vin.

"Fêter le Beaujolais nouveau, ça ne se fait plus"

Nous avons de très bons retours de la part de nos clients, les gens sont demandeurs d'autre chose ce jour-là. Aujourd'hui, aller fêter le Beaujolais nouveau dans un bar ou un restaurant, ça ne se fait presque plus alors que prendre le contrepied et d'avoir une autre offre, ça attire les gens. D'ailleurs, nous affichons presque complet pour ce soir.

Un bon Beaujolais c'est un vin qui n'est pas terminé au bout de trois mois, c'est un vin qui est bien élevé chez un vigneron qui met tout son cœur, avec une profondeur, un côté gourmand qui est radicalement différent du beaujolais nouveau. Ça peut se rapprocher de certains Bourgogne, c'est très rond contrairement à l'image très répandue du Beaujolais. Tous les Beaujolais pâtissent de cette image d'un vin au goût de banane. Le Beaujolais, ça peut être excellent.

"Une opération marketing qui a eu son heure de gloire"

Je trouve que l'opération Beaujolais nouveau est dommageable pour l'appellation Beaujolais. C'est une opération marketing qui a été montée de toute pièces, qui a eu son heure de gloire, mais qui dessert complètement l'appellation. L'étiquette collée sur les vins du Beaujolais est quelque chose de peu qualitatif alors qu'il y a des choses fantastiques.

Il y a des maisons de négoce, des récoltants qui ont monté cette opération et surfent encore sur ce succès avec de belles opérations à l'export, mais pour le marché français, ça n'a pas d'intérêt particulier. Les soirées Beaujolais nouveau n'ont pas disparu mais ce n'est rien par rapport à ce que c'était il y a une quinzaine d'années. Des rues entières étaient bloquées, on sortait les tonneaux et les tables dans la rue.

Aujourd'hui, les boites n'organisent plus des événements autour du Beaujolais nouveau. L'image du Beaujolais nouveau est tellement médiocre que personne ne veut coller cette image. Il n'y a même plus le côté festif, avant on savait que le vin était moyen mais c'était drôle de se retrouver. Mais la consommation de vin tend vers des produits qualitatifs et le Beaujolais nouveau n'en est pas un".

Propos recueillis par Paulina Benavente