RMC

William Sheller: itinéraire d'un musicien disparu, de retour de l'enfer

LE PORTRAIT DE POINCA - Le chanteur se raconte dans un livre qui sort aujourd’hui et qui s’appelle “William”.

Qui ne connaît pas Le carnet à spirale, Dans un vieux rock and roll ou bien Oh j’cours tout seul. On connaît la chanson, on connaît beaucoup moins le chanteur, auteur, compositeur. Surtout qu’il avait totalement disparu. Plus aucune apparition publique depuis un soir de 2016 aux Victoires de la musique ou il avait reçu une récompense d’honneur.

Et ensuite ? Ensuite il a fait un burn-out, une sale dépression. C’est ce qu'il raconte dans sa biographie. Un Burn out dû à un trop plein de travail et à la frustration d’avoir raté son dernier album.

Puis il a eu de sérieux problèmes cardiaques, dus à un abus de cocaïne. Il s’est trop “poudré le nez” dans les années 60 et 70. Et il a fallu se soigner, prendre des médicaments qui ont attaqué sa voix, ses yeux, son cerveau. La cortisone l’a fait gonfler, il a atteint 100 kilos, ses doigts comme des boudins ne lui permettaient plus de jouer.

A nos confrères de RTL, il a confié mercredi: "Je n’ai plus envie de faire l’andouille sur scène. Plus jamais je ne chanterai, plus jamais je ne jouerais du piano." D’ailleurs il a vendu son piano. Il vit désormais à la campagne à Jouy-le-Potier, près de Tours. Il s’est débarrassé de ses disques d’or et de ses Victoires de la musique qui prenaient la poussière.

Dans ses mémoires, William Sheller raconte aussi l'étonnante personnalité de sa mère. Qu’il traite de menteuse, de voleuse, de salope, de lionne et de tigresse. A 10 ans, il a cessé de l'appeler Maman. Parce que ce n'était pas une maman. Et juste avant de mourir, elle lui a révélé que son père était un soldat américain.

Il a mis 6 ans à retrouver sa trace dans le Michigan. Pour finalement apprendre que son père lui aussi l’avait cherché toute sa vie mais qu’il était mort depuis quelques années. A 75 ans, William Sheller, revenu de tout, a décidé de nous raconter tout ça.

Nicolas Poincaré (avec J.A.)