RMC

Placé sur RMC : « Valls a mis beaucoup de désordre depuis 10 jours »

Le président du groupe EELV au Sénat Jean-Vincent Placé.

Le président du groupe EELV au Sénat Jean-Vincent Placé. - -

Jean-Vincent Placé est invité ce mercredi sur RMC et BFMTV. Le sénateur écologiste est l’auteur d’un rapport du financement des questions de sécurité et se rendra jeudi à Marseille.

Invité sur RMC et BFMTV ce mercredi matin, Jean-Vincent Placé se rendra jeudi à Marseille pour les universités d’été d’EELV. Pour le compte Sénat, le sénateur écologiste de l'Essonne est justement l’auteur d’un rapport sur le financement de la sécurité, et il estime que les coupes budgétaires années précédentes ont montré leurs limites. Jean-Vincent Placé a aussi critiqué Manuel Valls qui "met du désordre" dans la communication du gouvernement.

Pour une augmentation de la CSG pour financer les retraites ?

8h55 - Jean-Vincent Placé : « Le gouvernement ne va pas toucher à l’âge légal, c’est positif. Je trouve que nous sommes écoutés, le gouvernement semble réfléchir aux ressources, ça me semble être une bonne chose. Je dis oui aux efforts des salariés et des retraités s’il y a en même temps un effort des entreprises, une égalité. Les réformes sont douloureuses ».

La campagne présidentielle d’EELV a-t-elle été ratée ?

8h52 - Jean-Vincent Placé : « On peut toujours faire le débat, mais on a les municipales, les européennes qui arrivent. La vraie échéance, ce sont les réponses aux problèmes des Français. Ces sujets sont sur la table, l’UMP englué dans son travail d’inventaire, ne fait pas son travail d’opposition ».

Sur l’immigration et le regroupement familial. Manuel Valls estime que la question de son évolution doit être posée

8h50 - Jean-Vincent Placé : « On peut toujours poser des questions. Le regroupement familial, ce sont des étrangers en situation régulière, avec des conditions restrictives depuis Pasqua et Hortefeux, je pense qu’on a trouvé une forme d’équilibre, il y a des conditions de ressource, ça doit concerner un peu moins de 20 000 personnes par an. Et nous, la gauche française, nous voudrions aller plus loin que Pasqua et Hortefeux ? Ils viennent prendre des emplois que les Français ne veulent pas faire, c’est la réalité, mais aussi la recherche, etc. S’il y avait une réforme qui aille plus dans la restriction que Pasqua et Hortefeux, ce serait indigne et même infâme pour un gouvernement de gauche »

Sur la sécurité

8h47 - Jean-Vincent Placé : « C’est un problème d’efficacité. Tous les rapports disent qu’on est arrivé à une surpopulation carcérale. Si nécessaire, il faut construire des prisons, mais pour les petites peines, c’est inutile, ça ne réinsère pas, mais ça installe les petits délinquants dans la moyenne délinquance. Il faut supprimer les peines plancher, que les magistrats puissent mesurer la réalité de la peine, de la récidive. On arrive avec le gourdin pour des petits délits, mais il faut que les peines soient exécutées, y compris les petites peines ! Et quelque chose qui déplaît à celui qui a commis un petit délit, évidemment. Je fais confiance sur ce sujet à Jean-Marc Ayrault pour trouver un équilibre qui ne soit pas laxiste mais pas non plus du marketing ».

Une légalisation du cannabis ?

8h45 - Jean-Vincent Placé : « Nous avons toujours été pour la légalisation du cannabis pour réduire sa consommation. Je ne pense pas que ce soit très bon que les gens en fument. Cécile Duflot s’inscrit dans les arbitrages du gouvernement ».

Sur la sécurité. Jean-Vincent Placé a commencé à travailler à Evry, la ville de Manuel Valls.

8h44 - Jean-Vincent Placé : « Même dans le service public de la police et gendarmerie, on a des commissariats obsolètes, on voit les limites de l’austérité budgétaire ».

8h40 - Jean-Vincent Placé : « Il y a à Evry les mêmes difficultés que partout. La polémique entre Valls et Gaudin sur Marseille ne sert à rien, on ne va jamais s’en sortir. Le seul bénéficiaire de ces polémiques est le Front national. Nous devons avoir une vision républicaine de la sécurité, la sanction, la répression, la prévention ».

Sur Marseille et les annonces du Premier ministre sur la sécurité. Manuel Valls avait dit sur RMC qu’il ferait des annonces dans la journée. Jean-Marc Ayrault avait alors organisé un déplacement à Marseille avec 5 ministres, dont Manuel Valls, pour faire lui-même les annonces.

8h36 - Jean-Vincent Placé : « Le chef du gouvernement a bien fait de venir. La sécurité, c’est la prévention, mais aussi le logement, l’emploi, la justice. Je ne suis pas agacé par le ministre de l’Intérieur, mais je trouve paradoxal que celui qui veut créer l’ordre républicain créé un tel désordre dans la communication du gouvernement. Nous soutenons Christiane Taubira dans sa réforme pénale. C’est une drôle de rentrée. Cet été, les déplacements sur le terrain étaient extrêmement intéressants, le séminaire 2025 aussi. Là, patatras, c’est à celui qui sera le plus médiatique. Manuel Valls a mis beaucoup de désordre depuis 10 jours ».

Retrouvez aussi l'émission Bourdin & Co en intégralité.

La rédaction