RMC

Plan grand froid à Calais: "C'est la honte de l'Europe de montrer ça"

Un hangar chauffé a été mis à disposition des migrants à Calais

Un hangar chauffé a été mis à disposition des migrants à Calais - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Depuis la nuit de vendredi à samedi, à Calais (Pas-de-Calais), en raison du déclenchement du niveau 2 du plan grand froid, un bâtiment industriel chauffé avec 400 couchages est mis à disposition des migrants, originaires principalement de l'Afrique de l'Est. RMC s'est rendue sur place et a recueilli le témoignage de certains d'entre eux. Reportage.

Pour la troisième nuit consécutive, un hangar aménagé et chauffé a été ouvert ce dimanche soir à Calais afin de mettre les migrants à l’abri du froid. Il faut dire que près de 2 300 personnes, originaires principalement de l'Afrique de l'Est, se trouvent actuellement en transit dans cette ville du Pas-de-Calais. Mais avec le déclenchement du niveau 2 du plan grand froid, leurs conditions de vie se sont encore un peu plus dégradées. C'est pourquoi, un bâtiment industriel chauffé a été mis à leur disposition par la préfecture depuis vendredi soir.

Concrètement dans ce hangar de près de 500 mètres carrés, près de 400 matelas alignés les uns contre les autres ont été posés afin d'accueillir au mieux les migrants comme Yacine rencontré ce dimanche soir par RMC. Originaire du Pakistan il vient de trouver son lit, "le 285". "On est venu ici avec mes amis car dehors il fait vraiment trop froid. C'est une vie très difficile, normalement on dort dans des tentes. Mais maintenant je suis en sécurité ici", dit-il soulagé d'avoir trouvé un peu de chauffage dans ce local. Mais pour Ferri, membre de l'association Solid'R qui s'occupe de l'accueil des migrants, ce hangar chauffé n'est pas suffisant.

"Presque un hôtel 2 étoiles"

"Cet endroit est loin d'être idéal. Ce n'est pas normal d'accueillir des hommes sans avoir ni eau courante, ni douche. Mais si eux sont contents d'avoir déjà ce minimum et de pouvoir dormir au chaud", assure-t-elle dans Bourdin Direct. Et d'ajouter, très en colère : "C'est inadmissible, c'est la honte de l'Europe de montrer ça !" Amaan, venu d'Erythrée, est lui aussi conscient que les conditions de vie restent médiocres. "On espère obtenir plus du gouvernement, obtenir plus que ce que l'on a actuellement même si c'est déjà très bien. De toute façon, c'est le seul moyen de réaliser mon rêve: me rendre en Angleterre" assure-t-il.

David Lacour, directeur de l'association Solid'R, estime pour sa part que la situation est "loin d'être extraordinaire mais vue la situation à Calais, on va dire que c'est presque un hôtel 2 étoiles". Il poursuit en expliquant que "le problème c'est que cette année, par manque d'anticipation des pouvoirs locaux, on n'a pas trouvé de lieux pour pouvoir accueillir un nombre de personnes suffisant". "Mais, poursuit-il, si on est d'accord que c'est loin d'être suffisant au moins il y a quelque chose car pendant des années rien n'a été fait".

Maxime Ricard avec Romain Poisot