RMC

Plus de prières dans la rue d'ici quelques mois, assure Guéant

Dans un entretien à paraître vendredi dans Le Figaro Magazine, Claude Guéant affirme qu'il n'y aura plus de prières musulmanes dans les rues de France "d'ici à quelques mois". Le ministre de l'Intérieur précise que "plusieurs pistes" sont étudiées "comme

Dans un entretien à paraître vendredi dans Le Figaro Magazine, Claude Guéant affirme qu'il n'y aura plus de prières musulmanes dans les rues de France "d'ici à quelques mois". Le ministre de l'Intérieur précise que "plusieurs pistes" sont étudiées "comme - -

PARIS (Reuters) - Il n'y aura plus de prières musulmanes dans les rues de France "d'ici à quelques mois", affirme Claude Guéant dans un entretien...

PARIS (Reuters) - Il n'y aura plus de prières musulmanes dans les rues de France "d'ici à quelques mois", affirme Claude Guéant dans un entretien à paraître vendredi dans Le Figaro Magazine.

Le ministre de l'Intérieur précise que "plusieurs pistes" sont étudiées pour mettre un terme à ces rassemblements - illégaux -, "comme la possibilité de faire plusieurs offices ou de louer des locaux dans l'attente de la construction de mosquées".

"J'ai engagé des concertations qui me laissent penser que d'ici à quelques mois, il n'y aura plus, en France, de prières dans la rue. La rue n'est pas faite pour prier mais pour circuler", déclare-t-il, jugeant ces prières "indignes pour les fidèles".

Cette initiative s'inscrit dans la ligne du débat sur la laïcité de l'UMP, qui a avancé 26 propositions pour garantir notamment la neutralité des services publics.

Outre un "code de la laïcité et de la liberté religieuse", qui compilera textes et jurisprudence, Claude Guéant annonce la création d'un "double réseau de 'correspondants laïcité', d'abord dans chacun des ministères, et ensuite dans chaque préfecture".

"Ces référents seront ceux vers lesquels les agents des services publics, les élus et les associations cultuelles pourront se tourner s'ils éprouvent une difficulté pratique ou une difficulté de conscience", explique-t-il.

Au chapitre de l'immigration illégale, Claude Guéant affirme sa volonté de dépasser l'objectif de 28.000 reconduites à la frontière qu'il s'est fixé pour 2011 et s'interroge sur les limites de l'espace Schengen, qui garantit la libre circulation des personnes entre les 25 Etats signataires.

Face à l'afflux de clandestins sur l'île italienne de Lampedusa, le ministre de l'Intérieur estime que la règle de Schengen "n'est peut-être pas complètement adaptée à des situations d'urgence come celle-là".

Interrogé sur les controverses nées de certains de ses propos sur l'islam et l'immigration, Claude Guéant se défend de toute provocation.

"Il faut cesser de voir la polémique dans la simple évocation de la réalité des problèmes que nos concitoyens ressentent", dit-il.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

REUTERS