RMC

2 millions d'euros saisis au RN: une "décision politique"?

Les cadres du Rassemblement national, dont sa présidente Marine Le Pen, dénonce une "décision politique" et un "véritable attentat", après la saisie par la justice de 2 millions d'euros du parti, dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs.

Au lendemain de l'annonce de la saisie de 2 millions d'euros du Rassemblement national (ex-FN) par la justice dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs, la présidente du parti Marine Le Pen a dénoncé "un véritable attentat", ce lundi sur RMC et BFMTV. "C'est une décision politique qui vise à anéantir le Rassemblement National", dénonce de son côté le porte-parole du Rassemblement National, Jordan Bardella.

"Attentat" contre le rassemblement national? "Décision politique"? "Coup d'Etat des juges"? Il n'en est rien pour Jacky Coulon, secrétaire national de l'Union syndicale des magistrats, joint par RMC. "C'est une défense habituelle de la part des politiques, lorsqu'ils sont mis en cause par des juges, de crier au scandale politique. Ce qui compte pour les juges, ce n'est pas que ce soit le Rassemblement national ou un autre parti. Ce n'est pas une décision prise à la légère. Ça arrive dans les dossiers financiers: il peut y avoir des saisies de comptes bancaires, d'assurances vies, parfois même saisie d'immeubles. Tout cela se pratique régulièrement par les juges financiers pour éviter toute déperdition de fonds. C'est un gage d'efficacité de la justice pénale".

"Marine Le Pen doit assumer ses responsabilités"

"Les éléments à charge sont quand même très sérieux", rappelle Jean-Christophe Picard, président d'Anticor, association de lutte contre la corruption. Pour lui, "on devrait plutôt se féliciter qu'on cherche à récupérer l'argent public quand il été capté de manière anormale".

Pour Patrick Maisonneuve, l'avocat du Parlement Européen (qui se porte partie civile dans cette affaire), cette décision est un juste retour de bâton pour le parti. "Vous vous mettez en risque en décidant de ponctionner les fonds européens pour faire fonctionner votre parti politique. Marine Le Pen sait très bien que tout cela est tout à fait irrégulier, contraire à la loi et au règlement européen. Elle doit assumer ses responsabilités à un moment ou un autre. Donc les juges prennent une décision tout à fait justifiée".

P. G. avec Margaux Boddaert