RMC

Abaaoud était caché à Saint-Denis: "Ça me choque mais ça ne me surprend pas"

Photo non datée d'un homme présenté comme Abdelhamid Abaaoud parue dans "Dabiq", le magazine de Daesh en langue anglaise.

Photo non datée d'un homme présenté comme Abdelhamid Abaaoud parue dans "Dabiq", le magazine de Daesh en langue anglaise. - Dabiq - AFP

Avec "de bons faux papiers, de la chance, un réseau", un terroriste peut échapper aux radars des services de renseignements "assez longtemps", explique l’expert en terrorisme Claude Moniquet après la mort à Saint-Denis d’Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attaques de Paris.

Alors qu’on le croyait en Syrie, Abdelhamid Abaaoud, l’un des commanditaires présumés des attentats de Paris du vendredi 13 novembre, a été tué mercredi dans l’assaut des forces de l’ordre à Saint-Denis mercredi. Comment ce jihadiste belge a-t-il pu échapper aux services de renseignements? "Nous ne savons pas" comment il est entré en France, a admis le Premier ministre Manuel Valls jeudi soir au 20 heures de France 2.

Pour Claude Moniquet, ancien agent de renseignement de la DGSE et président du Centre européen pour le renseignement stratégique et la sécurité (ESISC), il n’est pas étonnant que l’organisateur des attaques ait pu circuler en Europe sans avoir été repéré. "Ça me choque mais ça ne me surprend pas", explique-t-il ce vendredi sur RMC.

"Si vous avez de bons jeux de faux papiers, vous avez de la chance, vous avez un réseau qui vous soutient, qui va vous fournir un appartement, une voiture, si vous réduisez votre surface de contact avec la société, avec l’administration et évidemment avec la police - il ne faut pas rouler à 200 à l’heure sur l’autoroute - vous pourrez durer assez longtemps", précise-t-il.

"Il y a une technique qui s’appelle le look-alike"

D’après cet expert en terrorisme, pas besoin de fabriquer de faux papier pour passer inaperçu, il suffit que le terroriste recherché se procure le passeport de quelqu’un qui lui ressemble.

"Il y a une technique qui s’appelle le look-alike, qui consiste non pas à trafiquer les papiers comme on le pense souvent mais à se procurer des papiers dont la photo vous ressemble le plus possible", note Claude Moniquet.

"Vous ne touchez surtout pas aux documents qui ne doivent pas avoir été déclarés volés et c’est vous que vous allez transformer, votre coupe de cheveux, votre barbe etc, des lunettes", ajoute-t-il. "Tout le monde sait qu’il y a une différence souvent, on ne ressemble pas à sa photo d’identité. Donc si c’est assez crédible, assez proche, vous passez, c’est indétectable."

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, Claude Moniquet détaille par ailleurs la façon dont les services de renseignements français auraient été avertis de la présence d'Abdelhamid Abaaoud dans l'Hexagone. "Il y a deux services" qui ont joué un rôle, souligne-t-il, "les Marocains et les Américains qui semblent aussi avoir joué un rôle dans les derniers jours."

"Les services marocains sont très implantés dans la communauté marocaine en Belgique comme en France. Ce qui signifie que, comme les Marocains n’ont pas les capacités techniques des Américains, s’ils ont obtenu ce renseignement, c’est par des sources humaines", assure-t-il. "Il semblerait donc qu’ils aient un ou plusieurs informateurs très près de cette mouvance radicale en Europe."

V.R.