RMC

Accusé de viol, Christophe Girard se dit "satisfait" de l'ouverture d'une enquête le visant

L'ancien adjoint à la culture de la maire de Paris est visée par une enquête pour viol après les accusation d'un homme de 46 ans, mineur au moment des faits.

"Christophe Girard se satisfait de l’ouverture de cette enquête", assure son avocate maître Delphine Meillet. Selon elle, l'enquête ouverte lundi par le parquet de Paris, va lui permettre de s’exprimer sur les faits voir même d’être confronté à celui qui l’accuse de viol. "Et ça n’a que des avantages", précise-t-elle confiante. "Christophe Girard conteste les faits reprochés mais ne nie pas connaître son accusateur puisqu'il a été le baby-sitter de ses enfants. En revanche, il conteste tout fait de nature sexuelle", explique son avocate à RMC.

De l’autre côté les militants qui appellent à la démission de Christophe Girard au Conseil de Paris, applaudissent aussi l’ouverture de cette enquête. Comme Raphaëlle Remy-Leleu, élue Europe-écologie-Les-verts au conseil de Paris. Elle salue le courage de Aniss Hmaïd, l’homme qui accuse l’ancien adjoint à la mairie de Paris de viol dans une interview du New York Times

"En retrait"

Les enquêteurs vont devoir maintenant vérifier ce que dit ce témoignage, établir s’il existe des infractions, si elles ne sont pas prescrites, puisque certains faits date de plus de 30 ans. Enfin les enquêteurs convoqueront peut être Christophe Girard, et l’homme qui l’accuse, pour entendre leurs versions. 

L'ancien adjoint à la maire de Paris a annoncé qu'il se mettait "en retrait" du conseil de Paris dénonçant des allégations "graves" et "sans fondement". Christophe Girard reste cependant élu à la mairie du 18e arrondissement et à la commission culture du Conseil de Paris: "Il ne veut pas mettre en difficulté Anne Hidalgo dans sa majorité donc il se met en retrait le temps de l'enquête. Il reviendra quand l'enquête sera terminée", explique son avocate.

Cette affaire intervient alors que Christophe Girard a déjà démissionné de ses fonctions d’adjoint à la mairie de Paris le 24 juillet dernier, à cause de ses liens supposés avec Gabriel Matzneff, l’écrivain visé par une enquête pour "viol sur mineur de moins de 15 ans". 

Maxime Brandstaetter (avec Guillaume Dussourt)