RMC

Attentat de Nice: "Il n'y avait pas un policier ce soir-là", dénonce le père d'une victime

Les familles des victimes de l'attentat de Nice veulent que les autorités rendent des comptes. Après la mort de leurs proches, ils s'interrogent sur le dispositif de sécurité sur la Promenade des Anglais. Mickaël Coviaux, le papa de Yanis, 4 ans et demi, fauché le 14 juillet dans l'attaque, et sa femme ont porté plainte en ce sens ce mardi contre l'Etat et la ville de Nice.

Le 14 juillet dernier, sur la Promenade des Anglais, Mohamed Lahouaiej Bouhlel fonçait en camion sur une foule de 30.000 personnes présentes pour assister au feu d'artifice tiré depuis la plage. Un attentat qui a fait 86 victimes et plus de 400 personnes blessées. Parmi elles, Yanis, quatre ans et demi, dont les parents ont déposé plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui" ce mardi contre l'Etat et la ville de Nice.

Dans leur plainte, les parents visent notamment le défaut de mise en place de contrôle de la circulation des poids lourds, notamment aux abords de la Promenade des Anglais, alors que les camions étaient en principe interdits par arrêtés préfectoral et municipal.

"Le camion nous a foncé dessus et malheureusement notre fils n'a pas eu la chance que l'on a eu. Le camion est passé à un centimètre de nous et quand on s'est relevés, qu'on a ramassé notre fils, il n'y avait personne. C'était le désert, dénonce-t-il ce vendredi sur RMC. Il n'y avait pas un policier. On a couru avec notre fils dans les bras pendant 800 mètres puis quelqu'un nous a pris en voiture sur un kilomètre jusqu'à ce qu'on trouve une ambulance. Il n'y avait pas un policier. Je n'ai jamais vu ça de ma vie".

"On passe là-bas tous les jours, on ne peut pas faire 500 mètres sans croiser un équipage de police et ce soir-là il n'y avait rien du tout, regrette-t-il encore. Tous les gens présents sur place vous diront la même chose." A noter que la plainte rappelle que le conducteur du camion, Mohamed Lahouaiej Bouhlel s’est rendu à 11 reprises sur la Promenade entre le 11 et le 14 juillet avec son poids lourd de 19 tonnes. "C'est hallucinant", ne décolère pas Mickaël.

M.R