RMC

"Cela devient une rumeur malfaisante": les échanges glaçants de Samuel Paty à ses collègues avant le drame de Conflans

Des échanges de mails qui révèlent la tension que ce cours sur la liberté d'expression avait suscitée  dans l'établissement.

Ce sont des documents glaçants. Durant les quelques jours qui ont précédé l'assassinat de Samuel Paty, plusieurs notes et e-mails ont été échangés entre l'enseignant, sa hiérarchie et ses collègues. Des échanges qui portent sur la polémique montante dans le collège, après ce cours, début octobre, sur la liberté d'expression.

On découvre ainsi des messages privés entre la chef d'établissement et l'enseignant. Mais aussi des mails collectifs, de collègues, pas forcément tous solidaires du professeur d'histoire-géographie. 

Il y a d'abord ce mail, trois jours seulement après le fameux cours sur la liberté d'expression. La principale du collège y alerte l'enseignant: "La situation s'est accélérée et aggravée, un individu a menacé de faire venir des musulmans devant le collège." Dans sa réponse, Samuel Paty semble dépassé par l'ampleur des évènements: "C'est affligeant. Cela devient une rumeur malfaisante", écrit-il. 

Mais alors que la principale assure Samuel Paty de son soutien sans failles, d'autres enseignants se désolidarisent: "Notre collègue a desservi la cause de la liberté d'expression", écrit l'un d'eux dans un mail collectif adressé à l'ensemble de la communauté éducative. 

L'enseignant parait alors totalement désabusé, et écrit à sa principale qu'à l'avenir, il choisira un autre thème que celui de la presse pour évoquer la liberté. 

Martin Juret et Marie Monier