RMC

Charlie Hebdo – Zaida, 9 ans: "Je ne pensais pas que tout ça pouvait arriver"

Les manifestations de soutien à Charlie Hebdo se multiplient sur le territoire

Les manifestations de soutien à Charlie Hebdo se multiplient sur le territoire - AFP

Plusieurs milliers de personnes se sont à nouveau réunis jeudi vers 18H00 place de la République à Paris en hommage aux victimes de l’attentat qui a fait douze morts au siège du journal satirique Charlie Hebdo mercredi. Parmi eux de jeunes enfants comme l'a constaté RMC.

La mobilisation ne faiblit pas autour de Charlie Hebdo. De nouveaux rassemblements ont eu lieu un peu partout en France, ce jeudi. Comme c'était le cas mercredi soir, des milliers de personnes se sont retrouvées jeudi soir place de la République à Paris afin de rendre un hommage appuyé aux 12 victimes de l'attentat commis au siège de Charlie Hebdo mercredi matin. RMC s'est une nouvelle fois rendue sur place et a constaté que, parmi les manifestants, il y avait un certain nombre de jeunes enfants.

C'est le cas de Zoé, 6 ans, qui a l'air perdu au milieu de la foule. Mais comment leur expliquer ce qu'il s'est passé alors qu'ils sont pris dans le flot continu des images et des réactions. Gérard, son grand-père, explique comment il a procédé : "C'est une petite fille qui pose beaucoup de question. Qui sont ces messieurs? Pourquoi ont-ils été tués? Comment ont-ils été tués? On lui dit la vérité. On lui a expliqué qu'on était dans un pays où on a le droit de dire tout ce que l'on pensait, que l'on devait avoir le droit de dire tout ce que l'on pensait et que ce n'était pas le cas dans tous les pays, que c'était une chance pour elle".

"C'est dur de leur parler"

Aïda, 9 ans, est venue avec une pancarte "Je suis Charlie". Visiblement elle connait les raisons de sa présence à ce rassemblement. "Je sais qu'il y a eu 12 morts, qu'il y avait trois terroristes. Ma maman m'a dit que c'étaient des djihadistes, on en a beaucoup parlé. Ça m'a un peu choqué parce que je ne pensais pas que tout ça pouvait arriver." Touria, sa mère, n'a donc pas hésité à lui expliquer les faits, tous les faits. Mais ça n'a pas été facile.

"C'est dur de leur parler parce que c'est de la folie pure, de la barbarie. On était en train de déjeuner lorsqu'on a appris tout ça. J'ai été émue mais je me suis laissée traverser par l'émotion car c'est important de leur montrer le chemin de l'amour plutôt que celui de la peur." Et d'en conclure: "Ma religion aujourd'hui c'est l'amour". Et c'est au nom de la paix qu'elle ira avec sa fille, une nouvelle fois dimanche, place de la République, allumer une bougie pour la liberté.

Retrouvez ci-dessous, en vidéo, l'interview de la docteur en psychopathologie, Hélène Romano :

Maxime Ricard avec Amélie Rosique