RMC

Commandant de la DGSI mis en examen pour viol: qui est la victime?

RMC
Ce gradé du principal service de renseignement intérieur français a été mis en examen vendredi et écroué, pour viol sur mineure, sur personne vulnérable, attouchements, consultation et détention d'images pédopornographiques.

Dans les locaux de la DGSI de Charleville-Mézières et dans une forêt des Ardennes: le directeur départemental de l'antenne de la DGSI de Charleville-Mézières, dans les Ardennes, a été mis en examen samedi pour viol et détention d'images pédopornographiques et incarcéré. 

L'homme de 57 ans avait été relevé de ses fonctions mi-avril, après la plainte d'une jeune femme, âgée de 17 ans au moment des faits. 

Début avril, une jeune femme de 20 ans avait déposé plainte pour trois viols commis en 2016: elle l'accuse d'avoir abusé d'elle dans les locaux de la DGSI des Ardennes et dans une forêt.

La jeune femme, mineure au moment des faits, raconte qu'elle était en contact avec ce commandant de police dans le cadre d'une enquête.

En garde à vue, l'homme reconnait être tombée amoureux d'elle, parle de relations sexuelles consenties avec celle qu'il considérait "comme sa propre fille".

"Téléchargement massif d'images à caractère pédopornographique"

L'enquête a permis d'accréditer ces accusations de viols mais à aussi conduit les enquêteurs à faire une autre découverte: en saisissant l'ordinateur du commandant de police, ils découvrent des visites très régulières sur des sites pédopornographiques et le téléchargement de dizaine de milliers d'images sensibles.

"De très nombreuses connexions sur des sites internet pédopornographiques" et un "téléchargement massif d'images à caractère pédopornographique parfaitement explicites" précisent les enquêteurs.

Un historique que le policier a tenté d'effacer avant d'être placé en garde à vue et écroué.

Il a été mis en examen samedi pour "viols par personne abusant de l'autorité conférée par ses fonctions", "agressions sexuelles", "consultation habituelle de sites pédopornographiques" et "détention d'images pédopornographiques", et a été placé en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet.

G.D. avec AFP