RMC

Double meurtre dans les Cévennes: pourquoi quatre familles ont-elles été "exfiltrées" du village du fugitif?

Jeudi, quatre familles habitant dans le village du fugitif ont été exfiltrées par les gendarmes. Et la psychose gagne les communes voisines.

Près de 350 gendarmes sont toujours mobilisés dans les Cévennes, à la recherche de Valentin Marcone, l'auteur du double meurtre mardi dans une scierie de la commune des Plantiers, dans le Gard. En attendant, la psychose est en train de gagner la région.

Dans le bourg tranquille des Plantiers, l'ambiance reste très angoissante pour les 260 habitants. Il leur est conseillé de sortir le moins possible, au cas où le fugitif, marié à une enfant du village avec qui il a eu un enfant, reviendrait sur place. Les habitants sont restés confinés une grande partie de ces derniers jours.

>> A LIRE AUSSI - "Il n'y aura pas feu si tu te rends maintenant": le message vibrant du père du meurtrier des Cévennes à son fils

Quatre familles du village ont même demandé à être exfiltrée face aux événements et estimant que le tireur, décrit comme paranoïaque, avait des griefs contre eux: "On a exfiltré quatre familles potentiellement ciblées", a assuré le maire des Plantiers Bernard Mounier à Franceinfo, assurant qu'il n'est pas au courant de potentiels différents de voisinage. 

Rappellons que lors des perquisitions à son domicile, une douzaine d'armes et 3.300 munitions de tous calibres avaient été retrouvées.

"C'est un solitaire, un chasseur, un homme apte à survivre en milieu hostile"

La psychose gagne même le village voisin: "C'est un peu stressant de vivre cette situation où les gendarmes passent en nous disant: 'Nous ne sommes pas loin mais éloignez-vous des fenêtres, restez enfermés et fermez les volets'. On écoute les gendarmes mais tout le monde est un peu stressé on est pris entre la tristesse, l'angoisse et l'incompréhension", explique à BFMTV, Carolini Vicini, troisième adjointe au maire de Saint-André-de-Valborgne.

Car Valentin Marcone, 29 ans, marié et père d'une petite fille est déterminé: "C'est un solitaire, un chasseur, un homme apte à survivre en milieu hostile", a précisé le procureur de Nîmes, Eric Maurel, lors d'une conférence de presse jeudi.

Adepte de la chasse et du tir sportif et qui aurait aimé être tireur d'élite dans l'armée, il n'est pas "adepte de l'idéologie survivaliste" mais reste "un individu qui a une véritable dangerosité", équipé d'un pistolet automatique et d'un fusil de précision équipé d'une lunette de visée permettant de tirer très précisément à une centaine de mètres.

Et ceux qui le connaissent évoque un profil "un peu paranoïaque". Depuis quelques jours, Valentin Marcone venait à la scierie où il travaillait avec un gilet pare-balles. C'est sur ce même lieu qu'il a tué mardi son patron et un autre employé de l'entreprise.

>> A LIRE AUSSI - Double meurtre dans les Cévennes: la traque du fugitif continue, l'appel du père du fugitif diffusé par haut-parleur

Florian Chevallay (avec Guillaume Dussourt)