RMC

Eric Piolle gardé à vue: un personnage atypique en politique

LE PORTRAIT DE POINCA - Le maire écologiste de Grenoble a passé une semaine compliquée.

Eric Piolle, le maire de Grenoble, a passé la journée de mardi en garde à vue. Ce qui n’est jamais très agréable. Eric Piolle avait été convoqué par la police à Valence dans le cadre d’une enquête sur l’organisation d’une fête locale. Il lui est reproché d’avoir confié l’organisation des éditions 2015 et 2016 de la Fête de la tuile à une association sans passer par un appel d'offres. Lui explique que c’est un débat technique entre deux types de marchés publics.

Eric Piolle est ressorti du commissariat à 18 heures, en dédramatisant l’affaire. "Je suis un justiciable comme monsieur tout le monde", a-t-il dit. "Ne comptez pas sur moi pour politiser la procédure".

Semaine difficile

Mais le maire de Grenoble passe tout de même une semaine difficile. Il s’est retrouvé au centre d’une polémique sur l'organisation à Grenoble d’un "mois décolonial". Les organisateurs affirmaient avoir le soutien de la mairie. La droite locale dénonçait la promotion des délires racialistes. Eric Piolle se voyait accusé "d’islamo-gauchisme". Il a finalement indiqué que la mairie ne soutenait pas cette manifestation et du coup il s’est mis tout le monde a dos.

A 48 ans, Eric Piolle est plutôt atypique dans le paysage politique. Il se dit "catho-humaniste". Il vient du privé. Ingénieur de formation, il a été viré de l’entreprise Hewlett Packard parce qu’il s’opposait à un plan de délocalisation. 600 salariés avaient manifesté contre le licenciement de leur patron.

En 2014, il conquiert la mairie de Grenoble un peu à la surprise générale. C’est le premier maire écolo d’une ville de plus de 100.000 habitants. Il lance un plan d’économies pour redresser les finances. Supprime une centaine d’employés municipaux, ferme des bibliothèques.

"Pas carriériste, mais ambitieux"

Il est contre la voiture et pour le vélo. La part de la bicyclette dans les transports a triplé depuis son arrivée. Il est pour la légalisation du cannabis, pour un accueil plus digne pour les migrants. Contre la 5G qui ne servirait selon lui qu'à regarder du porno dans les ascenseurs.

Ses proches le décrivent comme un bosseur, un calme, voire un animal à sang froid. Il n’aime pas spécialement le pouvoir et déteste le système monarchique Français. Mais, c’est le paradoxe. Eric Piolle ambitionne d'être le candidat écologiste à la prochaine présidentielle. Autrement dit pas carriériste, mais ambitieux. 

Nicolas Poincaré (avec J.A.)