RMC

Explosion à Paris: pourquoi les fuites de gaz sont le cauchemar des pompiers

Deux pompiers et une touriste sont morts à Paris samedi après une explosion dans une boulangerie. Les fuites de gaz sont les interventions que craignent le plus les pompiers car sont toujours très incertaines comme nous l'explique Jérôme François, secrétaire général du syndicat UNSA-Pompiers.

27 et 28 ans. C'est l'âge des deux pompiers qui ont perdu la vie samedi en pleine intervention à Paris. Appelés pour une fuite de gaz, deux soldats du feu sont morts en raison d'une très violente explosion due à cette fuite. Une touriste a également succombé à ses blessures portant le bilan à au moins trois morts et plus d'une cinquantaine de blessés. 

Les pompiers ont annoncé dimanche être toujours à la recherche d'une personne portée disparue, au lendemain de l'explosion d'un immeuble qui a fait trois morts dans le centre de Paris.

Les fuites de gaz figurent en effet parmi les interventions les plus risquées pour les pompiers en raison de ce risque d'explosion. Jérôme François du syndicat nous explique ce dimanche matin sur RMC les principales complications liées à ce type d'intervention.

"Il y a toujours une incertitude, il peut y avoir des flux d'air, une ventilation, une fenêtre ouverte"

"Quand arrive, on fait attention à ne pas se garer juste en face, d'être un peu en retrait et de faire un périmètre de sécurité a priori d'au moins 50 mètres. Ce qui n'est pas évident sur Paris quand vous avez des immeubles imbriqués les uns dans les autres sur plusieurs étages ça fait un certain volume de populations à évacuer et c'est très compliqué."

De la théorie à la pratique il y a toujours un pas et des facteurs extérieurs à prendre en compte qui peuvent venir compliquer tout cela.

"Il y a toujours une incertitude, il peut y avoir des flux d'air, une ventilation, une fenêtre ouverte qui vient bousculer tout ça, donc c'est très compliqué à modéliser et à déterminer."

Les pompiers de Paris ont lancé une cagnotte pour soutenir les familles des deux sapeurs-pompiers tués dans l'explosion. Dimanche en fin de matinée, plus de 12.000 euros avaient été versés.

James Abbott avec Charlotte Peyronnet