RMC

Aux JMJ, "on est mis au pied du mur sur notre capacité à être miséricordieux"

-

- - AFP

Les jeunes catholiques ont envahi les rues de Cracovie en Pologne pour les Journées mondiales de la jeunesse. Pour les jeunes pélerins français, ces journées vont avoir une résonnance particulière.

Les jeunes catholiques français présents à Cracovie pour les JMJ ont d'abord été abasourdis à l'annonce de l'attentat à Saint-Etienne-du-Rouvray, ce mardi matin. Les jeunes du diocèse de Rennes se sont réunis devant le palais pontifical. Pierre-Hugues, 21 ans, a du mal à réaliser: "On a été sous le choc parce que déjà ça aurait pu être nous. Ce sont vraiment nos églises, c'est là qu'on va prier".

Un peu plus tard dans la journée, une messe a été célébrée en hommage au prêtre assassiné. Deux millions de jeunes catholiques du monde entier priant ensemble. De quoi redonner espoir au père Nicolas Guilloux, aumônier d'étudiants à Rennes: "Il y a des milliers de jeunes du monde entier qui sont là pour vivre l'espérance, vivre la confiance, vivre une capacité à vivre des choses ensemble dans ce monde bien triste parfois. Ça m'a vraiment bouleversé d'espérance paradoxalement".

"Une vraie attention entre frères et soeurs"

Anne aussi est touchée par les attentions des autres catholiques: "Rencontrer des gens d'autres pays qui étaient au courant de ce qui s'était passé en France. Il y avait des petits mots gentils, il y a une vraie attention entre frères et sœurs".

Et ces Journées mondiales de la jeunesse devraient donc avoir une résonnance particulière cette année puisque le thème choisi cette année est la miséricorde. Un signe, pour Anne: "On est mis au pied du mur sur notre capacité à être miséricordieux, à avoir le regard de dieu sur chaque homme mais quand l'homme devient meurtrier pour son frère".

P.B. avec Violette Voldoire