RMC

Incendie après un tir au camp militaire de Canjuers: l'explosion d'un obus blesse un pompier

Un pompier a été touché par l'explosion d'un obus enfoui, lors de la maîtrise d'un incendie parti dans la zone de tir d'un camp militaire dans le Var mardi.

L'explosion d'un obus lors de l'incendie au camp militaire de Canjuers (Var), qui a déjà détruit plus de 1.000 hectares de végétation, a blessé légèrement un pompier et provoqué des troubles auditifs chez 18 autres, ont indiqué mardi les pompiers du Var. L'incident s'est produit lundi vers 22h30, alors que les pompiers luttaient toujours contre le violent incendie qui s'est déclaré samedi dans le camp.

Un sapeur-pompier du Var a été légèrement touché par un éclat d'obus après que ce dernier a traversé le pare-brise de son camion. "18 sapeurs-pompiers des Alpes-de-Haute-Provence ont été choqués et souffrent plus ou moins de troubles auditifs", ont ajouté les pompiers dans un communiqué.

"Le feu est parti d'un réceptacle de tir qui fait plusieurs centaines d'hectares, il est réputé pollué par des obus non explosés. A l'extérieur de cette zone rouge, des sapeurs-pompiers travaillaient pour parfaire l'extinction de l'incendie. Il étaient à plus de 500 mètres de cette zone zouge quand la lame d'un bulldozer a touché un obus enfoui dans le sol et a explosé, on avait des personnels non-loin de ce lieur. Les conséquences auraient pu être plus importantes", a confié à RMC le capitaine Olivier Pécot des pompiers du Var.

Enquête ouverte

La déflagration a aussi touché légèrement un sapeur pompier des Alpes-de-Haute-Provence, un militaire qui créait un accès, et cinq sapeurs pompiers du Var. L'obus a explosé "à plus de 500 m de la zone 'rouge' polluée par les munitions issues des tirs d'artillerie", dans un des secteurs ayant connu une reprise de feu dans l'après-midi.

Mardi matin, le feu avait parcouru au total 1.000 hectares de broussailles, sans sortir du terrain militaire, situé à plusieurs kilomètres des premières habitations. Après avoir largué lundi soir des produits retardants à sa lisière, grâce à des moyens aériens, les pompiers ont toute la nuit procédé à l'extinction des points chauds de l'incendie.

Lundi, le parquet de Marseille avait confirmé à l'AFP l'ouverture d'une enquête "du chef de destruction involontaire par incendie", suivie par le parquet militaire.

Avec AFP