RMC

Les aveux surprise d'un homme qui accusait depuis 2017 son frère d'avoir tué et dépecé son amie

Illustration

Illustration - AFP

Deux frères étaient accusés d'avoir tué la chanteuse Nafia Chaffa à Paris, et incarcérés depuis 2017. L'un des deux qui accusait l'autre a finalement reconnu les faits en pleine audience lundi aux assises de Seine-Saint-Denis. L'autre ressort libre.

Retournement de situation dans l'affaire du meurtre de la chanteuse algérienne Nafia Chaffa. L'un des deux frères accusés d'avoir tué et dépecé une femme de 59 ans fin 2017 a livré des aveux inattendus lundi à la cour d'assises de Seine-Saint-Denis et a innocenté son cadet.

"C'est un retournement. Les éléments à charge s'accumulaient, il a décidé de dire la vérité: que c'était lui qui l'avait tuée et que son frère n'y était pour rien", a expliqué à l'AFP le conseil de Mustapha Ait Ouaret, Me Jean Briand Mboutou Zeh, après les aveux de son client.

Son frère, Salah Ait Ouaret, qui était incarcéré depuis près de cinq ans, a été remis en liberté dans la soirée, a fait savoir son avocate, Me Julia Katlama.

Les faits remontent à décembre 2017

En décembre 2017, le corps découpé en morceaux de Nafia Chaffa, chanteuse algérienne installée en France de longue date, avait été découvert au bois de Boulogne, dans l'ouest parisien, dissimulé sous des feuilles mortes. Arrêté peu après la découverte du corps, Mustapha Ait Ouaret, Franco-Algérien aujourd'hui âgé de 55 ans, niait depuis cinq ans et accusait son frère Salah, 43 ans.

A l'ouverture du procès vendredi, Mustapha Ait Ouaret avait présenté Nafia Chaffa comme sa "meilleure amie". Jugé pour empoisonnement, assassinat et atteinte à l'intégrité d'un cadavre, il a expliqué lundi lors de ses aveux qu'il avait tué Nafia Chaffa par "accident" en lui faisant ingérer des médicaments censés l'endormir afin qu'il lui dérobe des instruments de musique, selon son avocat.

Un "soulagament" pour la famille

Le conseil des parties civiles, Me Romain Boulet, s'est "réjoui" des aveux de Mustapha Ait Ouaret.

"La famille de Nafia Chaffa espérait des réponses à ses questions, pas une condamnation à tout prix. Ces réponses, M. Ait Ouaret les donne aujourd'hui. C'est donc un soulagement pour eux", a-t-il affirmé à l'AFP.

Salah Ait Ouaret, jugé pour les mêmes chefs d'accusation que son frère, clamait son innocence depuis son interpellation en décembre 2017.

Avec AFP