RMC

Un couple mis en examen pour la mort de Marwane Souidi

Marwane Souidi, 25 ans, avait disparu depuis le 21 septembre. Son corps sans vie a été retrouvé cette semaine et deux suspects ont été interpellés par la police judiciaire. Ils sont mis en examen et incarcérés.

Sa famille vivait dans l’angoisse depuis plus de deux mois, comme l’avaient confié sa tante et l’une de ses sœurs à BFMTV. Le corps de Marwane Souidi a été découvert par les enquêteurs de la police judiciaire d’Evry, à l’issue d’une minutieuse enquête qui a permis d’identifier un couple de suspects, selon les informations recueillies par RMC.
La victime avait quitté le domicile familial de Lagny-le-Sec, dans l’Oise, pour aller passer quelques jours chez une de ses connaissances à Saint-Germain-lès-Arpajon, dans l’Essonne. C’est de là qu’il avait envoyé un dernier SMS le 21 septembre, annonçant à son père qu’il prolongeait son séjour. Alors que le procureur d’Evry avait ouvert une information judiciaire pour enlèvement et séquestration, les investigations des policiers viennent de permettre de retrouver le corps de Marwane Souidi près de Rouen.

Frappé à mort et étranglé

Les enquêteurs ont désormais reconstitué le terrible scénario de cette affaire. Fin septembre, la victime aurait participé à plusieurs soirées chez l’homme qui est aujourd’hui soupçonné de lui avoir donné la mort. Au cours de ces soirées entre adeptes du « milieu festif » et amateurs de rave party, les participants auraient consommé des drogues de synthèse. Selon les premiers éléments de l'enquête, Marwane Souidi serait devenu le souffre-douleur du suspect, dépeint comme pouvant devenir très vite ultra violent. Son décès serait intervenu le 24 septembre, dans l’appartement où il était hébergé par son bourreau présumé et sa compagne. L’autopsie a révélé que le jeune homme aurait été étranglé après avoir subi de nombreux coups, occasionnant de multiples fractures.

Retrouvé dans une fosse d’ascenseur

Après le crime, le suspect n’a pas cherché à se débarrasser du corps. Il l’a dissimulé dans une malle, successivement déplacée de cache en cache durant deux mois. Le meurtrier présumé l’aurait même parfois transportée et conservée dans son véhicule durant ses journées de travail. Ce technicien ascensoriste de 31 ans a fini par déposer la malle dans la fosse d’ascenseur d’une résidence de Caudebec-en-Caux, près de Rouen, où il avait une connaissance, selon les informations recueillies par RMC. C’est sur ses indications que le corps de Marwane Souidi a été retrouvé.

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

Il a fallu toute l’abnégation des enquêteurs de la police judiciaire d’Evry pour confondre les suspects, très méfiants, qui communiquaient par messages codés. En l’absence d’indices ADN probants, c’est à la fois par des techniques d’enquête spéciales et par un travail d’investigation , « à l'ancienne, avec une vraie culture de la crim’ et une grande réactivité » que les policiers sont parvenus à ce résultat. « C'est sur un tout petit signal qu'ils ont pu remonter jusqu'au suspect qui s'était mis au vert près de Rouen », a précisé à l’AFP une source proche de l’enquête.

Au cours de ses auditions en garde à vue, le meurtrier présumé, décrit comme « manipulateur », a changé plusieurs fois de version, adaptant son récit aux indices soumis par les policiers. Il aurait reconnu avoir saisi à la gorge la victime lors d’une bagarre au cours de laquelle il prétend s’être simplement défendu. Présentés à un juge d’instruction d’Evry, les deux suspects ont été mis en examen pour « actes de tortures et de barbarie » et « assassinat ». Ils ont été placés en détention provisoire.

Guillaume Biet avec AFP