RMC

"Un enfant qui meurt pour de mauvaises raisons": l’organisateur MMA dans les Yvelines témoigne

Dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story, Yann Lamothe, l’organisateur de la soirée MMA en marge de laquelle un adolescent est mort samedi dans les Yvelines, témoigne et défend son sport face aux critiques.

Il avait 14 ans. Djibril, un jeune originaire de Maurepas (Yvelines), a été tué d’un coup de marteau à la tête, dans la nuit de samedi à dimanche, lors d’un affrontement avec un autre groupe de la ville voisine de Coignières. Un jeune homme de 16 ans, se présentant comme l'auteur du meurtre, s'est rendu à la police. Un drame qui s’est produit en marge d’une soirée de MMA, organisée par Yann Lamothe.

"L’évènement tragique arrive en marge d’une soirée sportive, comme ça aurait pu se passer à la sortie d’un collège ou d’un cinéma, témoigne-t-il dans ‘Apolline Matin’ ce mardi sur RMC et RMC Story. C’est dramatique. C’est un enfant de 14 ans qui meurt pour de mauvaises raisons. En sortant de la salle, il n’y a plus de bagarre, il y a un enfant qui est au sol. Il y a des adultes en train de s’affairer autour, ils l’ont mis en PLS. Ils ont prodigué les gestes de premiers secours. Lorsqu’on prend le pouls, on se rend compte qu’il est arrêté. Là, on est trois ou quatre à entamer le massage cardiaque. La Croix rouge est avec nous, étant donné qu’on est sur un évènement sportif avec tous les éléments qui y sont liés. Nous avons aussi deux docteurs. Tout le monde tente tout ce qui est faisable. La Croix rouge envoie l’oxygène avec le masque. Malheureusement, le cœur ne repartira pas. L’enfant de 14 ans perd la vie sur le parking, ce soir-là."

"Ça serait une affaire de regards"

Selon cet entraineur de MMA, "On ne parle pas de bandes rivales mais de deux groupes de jeunes qui se croisent et s’affrontent pour de mauvaises raisons". "On n’a pas un phénomène de bande, assure-t-il. On est un petit village. On n’est pas sur des zones qui pourraient être considérées comme des zones de non-droit." Alors pourquoi ces jeunes se sont-ils affrontés? "Quand je sors, la bagarre est déjà terminée, explique Yann Lamothe. Ça serait une affaire de regards, de raisons qui n’ont pas de valeur, qui ne peuvent pas entrainer un tel drame. Ce sont des enfants de 14 ans, ils ont une réaction qui n’est pas celle d’un adulte réfléchi, qui pourrait se dire que ça n’a pas de sens."

"Les mêmes valeurs au MMA que dans les autres disciplines"

Après ce drame, le MMA a de nouveau été pointé du doigt, notamment par le maire de Villiers-sur-Marne, Jacques-Alain Bénisti, qui avait déjà décidé d’interdire cette pratique dans sa ville par crainte des rixes.

"En voyant les propos qu’il a pu tenir sur différents sujets, je me rends compte que c’est, pour moi, une personne qui est inintéressante, répond Yann Lamothe. Je ne veux pas perdre de temps à polémiquer avec ce genre de personnes. Le MMA est une discipline à part entière. C’est un outil de travail. On est sur les mêmes valeurs que les autres disciplines. Un athlète de MMA, c’est une personne qui s’entraine de manière régulière, avec des partenaires d’entrainement, qui a une hygiène de vie, des horaires de coucher et de lever, une alimentation stricte. Comme dans n’importe quel sport. Les propos de ce monsieur sont complètement erronés."

LP