RMC

Femme poignardée par son ex-mari: "Il y a une faille dans le système de l'Etat"

Raphaëlle Rémy Leuleu, porte-parole d'Osez le Féminisme, dénonce des failles dans le système de protection des femmes victimes de violences conjugales.

Une femme de 34 ans est toujours entre la vie et la mort après avoir été poignardée par son ex conjoint à Angoulême samedi dernier. Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et hommes, s'est rendue à son chevet mardi à Poitiers. Elle avait déjà rencontré cette femme en novembre dernier.

Houria a été gravement poignardée samedi soir en pleine rue par son ex-conjoint devant l'aînée de leur trois enfants. La jeune femme était toujours dans le coma marid et les médecins ne pouvaient pas encore se prononcer sur ses chances de survie ou d'éventuelles séquelles neurologiques.

"Cela montre l'incapacité de la justice à arrêter les agresseurs"

Son ex-mari, un Algérien de 41 ans, avait déjà été condamné en octobre dernier à 8 mois de prison avec sursis pour violence conjugale. Une récidive qui inquiète Raphaëlle Rémy Leuleu. La porte-parole d'Osez le Féminisme assure que cette affaire prouve une nouvelle fois qu'il y a une faille dans le système de l'Etat français pour la protection des femmes

"Cette tentative de féminicide montre l'incapacité de la justice à arrêter les agresseurs mais aussi l'incapacité des structures sociales, des foyers pour femmes, souvent par manque de moyens, d'accompagner les victimes et à leur proposer des parcours de vie qui sont des parcours de sortie pour les protéger de leurs agresseurs."

Cette affaire ne serait pas un acte isolé, la représentante de l'association féministe explique 

"Tous les ans on a des histoires semblables de femmes qui ont déjà été identifiées qui ont été accueillies, à qui on a déjà proposé des soins, et d'hommes qui ont déjà été identifiés comme agresseurs. Il y a une faille dans le système de l'Etat français pour protéger les femmes."
Jean-Baptiste Bourgeon (avec J.A.)