RMC

"François Fillon est traité exactement comme un autre justiciable", assure une magistrate

-

- - -

Convoqué le 15 mars en vue d'une mise en examen, François Fillon a accusé ce mercredi la justice de ne pas le traiter comme un justiciable comme les autres. Sur RMC, Marie-Jeanne Ody, vice-présidente de l'Union syndicale des magistrats, dénonce des propos indignes d'un candidat à la présidence de la République.

Marie-Jeanne Ody est la vice-présidente de l'Union syndicale des magistrats.

"François Fillon est traité exactement comme un autre justiciable. La loi prévoit qu'il doit y avoir au moins un délai de 10 jours entre la réception de la convocation et l'entretien de première comparution pour la mise en examen. Ce délai de 10 jours est parfaitement légal, et permet de comprendre pourquoi cette convocation est prévue pour le 15 mars.

François Fillon accuse la justice d'aller trop vite et de le convoquer avant la présidentielle. Mais on ne peut pas demander à la fois à la justice d'aller vite et lui reprocher ensuite d'aller trop vite. Il faut choisir.

Le parquet financier a enquêté, des actes ont donc déjà été réalisés, les juges d'instruction en ont pris connaissance et estiment qu'ils peuvent convoquer parce qu'il y a des indices suffisamment graves et concordants pour une mise en examen. C'est l'application normale du code de procédure pénale.

"C'est l'application normale du code de procédure pénale"

Il faut garder la tête froide et respecter la séparation des pouvoirs. Les enquêteurs sont là pour enquêter à charge et à décharge, et après pour prendre une décision de renvoi ou non devant un tribunal correctionnel. Il faut laisser la justice travailler sans l'accuser de tous les maux.

Qu'un candidat à l'élection présidentielle tienne de tels propos, c'est grave, car en tant que président de la République, il sera garant de l'indépendance de la magistrature, donc la première des choses c'est de respecter cette indépendance".
P. Gril avec Claire Andrieux