RMC

Hommages aux policiers tués: il y aura un avant et un après Charlie

Les Français rendent hommage aux policiers

Les Français rendent hommage aux policiers - THOMAS SAMSON / AFP

François Hollande présidera un hommage solennel aux trois policiers tués dans les attentats de la semaine dernière, ce mardi à 11H00 à la préfecture de police de Paris. Depuis ces événements tragiques, les forces de l'ordre semblent jouir d'une nouvelle popularité, comme RMC pu le constater devant le commissariat du XIe arrondissement de Paris.

Franck Brinsolaro (chargé de la protection de Charb), Ahmed Merabet (brigadier du commissariat du XIème arrondissement) et Clarissa Jean-Philippe (policière municipale). Pour que ces noms ne tombent pas dans l'oubli, François Hollande présidera ce mardi un hommage solennel en leurs mémoires à la préfecture de police de Paris. Car ces trois personnes font partie des victimes plus méconnues des terribles événements qui ont secoué la France la semaine dernière.

Depuis, les forces de l'ordre semblent jouir d'une nouvelle popularité, comme RMC pu le constater devant le commissariat du XIe arrondissement de Paris où travaillait Ahmed Merabet. Première preuve de ce changement : à l'entrée du commissariat, des dizaines de bouquets de fleurs ont été déposés. L'un d'entre eux a été posé par Adrien, simple passant : "C'est une manière de faire le deuil de ce policier, de dire qu'on est tous ensemble, explique-t-il dans Bourdin Direct. Pour d'autres générations où l'on criait "CRS=SS", c'est le monde à l'envers. On est dans un tout autre contexte".

"Un moment historique"

Mais au-delà des bouquets, il y a aussi les nombreux messages laissés sur le registre de condoléance: "Pour Ahmed, ce héros !", "Merci de nous protéger"… Encore plus fort et plus symbolique; ce dimanche, les forces de l'ordre ont été applaudies lors de la marché républicaine. Une ovation qui a fortement ému Gaël Fabiano, policier : "Cela m'a donné des frissons parce que je me suis dit que j'assistais à un moment historique. C'est en effet la première fois que des gens crient 'Vive la police' à notre passage, embrassent des collègues en tenue, font des pancartes 'Vive la police'".

En contrepartie, il l'assure: "On va tenir le coup par rapport à l'adversité, ça c'est sûr". Il y a donc un avant et un après Charlie comme le constate aussi le chef Yannick Landurain. Dans Bourdin Direct, il souligne les changements observés sur le terrain : "Lors d'un contrôle routier, par deux fois, des gens se sont arrêtés, nous ont serré la main, nous dire de continuer. Ce qui n'arrive jamais d'habitude". Même si "dans certaines zones difficiles, il y a toujours des petits voyous pour nous insulter", "cela reste cependant une minorité par rapport au reste de la population". Il conclut en disant espérer que tout cela dure, comme ça ses collègues ne seront pas morts pour rien…

Maxime Ricard avec Victor Joanin